Les villes qui basculent à gauche

MUNICIPALES La gauche emporte quelques bastions de la droite...

P.K.

— 

Ils avaient encore un espoir, ils ne devraient pas survivre à la vague rose.
Toulouse: la ville rose en rose
Un scrutin aussi serré que la campagne a été tendue, mais finalement le socialiste Pierre Cohen remporete la mairie de Toulouse avec 50,9% des voix contre 49,1% au maire sortant Jean-Luc Moudenc, selon une estimation Ipsos pour 20Minutes.

Strasbourg revient à gauche
Le socialiste Roland Ries est élu maire de Strasbourg avec 57,2% des voix contre 42,8% à la maire sortante Fabienne Keller, selon une estimation Ipsos. Il avait déjà assuré l'intérim de Catherine Trautmann à la mairie entre 97 et 2000.
Les résultats définitifs à Strasbourg disponibles ici

Cahors: Prime à la jeunesse
Le socialiste Jean-Marc Vayssouze-Faure deviendra, à 35 ans, le plus jeune maire de l'histoire de Cahors. Sa liste l'a emporté dimanche avec 67,08% des suffrages face au sortant Marc Lecuru (UMP).

Roanne: la surprise

La socialiste Laure Déroche a créé la surprise en l'emportant face à Yves Nicolin (UMP), député-maire sortant. Elle a recueilli 52,08% des suffrages contre 47,92% à son adversaire, maire de Roanne depuis 2001 et député de la cinquième circonscription de la Loire depuis 1993.

Angoulême: un proche de Ségolène Royal reprend la mairie
Le socialiste Philippe Lavaud, proche de Ségolène Royal, a réussi à reprendre Angoulême au maire sortant UMP Philippe Mottet.

Millau: Godfrain battu

Le maire sortant UMP de Millau, Jacques Godfrain, ancien ministre de la Coopération, a été battu dimanche par le socialiste Guy Durand qui a remporté 54,03% des suffrages au deuxième tour de l'élection municipale dans la sous-préfecture de l'Aveyron. Jacques Godfrain, qui briguait un troisième mandat, a obtenu 38,09% des voix tandis qu'une troisième liste conduite par Jérôme Alirol (DVD), recueillait 7,88% des suffrages.

Périgueux: Xavier Darcos battu

Les premières tendances du dépouillement sont inquiétantes pour le ministre de l'Education nationale. Arrivé au coude à coude avec le socialiste Michel Moyrand (à 45%), Xavier Darcos a pourtant reçu des soutiens de poids, Alain Juppé et François Fillon. Selon une estimation TNS-Sofres, Xavier Darcos serait battu avec seulement 49,5% des voix contre 50,5% à son adversaire. Xavier Darcos a reconnu sa défaite: «Je perds de 113 voix», a-t-il concédé sur France 2. «Une défaite est toujours cruelle et je ne cache pas ma défaite», a-t-il déclaré après avoir annoncé les résultats. Et de poursuivre: «Je ne regrette rien. Je savais la bataille difficile». Le ministre de l'Education a assuré qu'il serait aux côtés de Nicolas Sarkozy pour poursuivre la politique du gouvernement.

Plus d'infos sur Périgueux ici.

Plus de précisions au cours de la soirée. N'hésitez pas à consulter à nouveau cette page.

Saint-Etienne: La gauche profite d'une triangulaire
Le maire sortant UMP Michel Thiollière, arrivé en tête au premier tour avec 37,86% des voix, s'est refusé à toute fusion avec la liste du centriste Gilles Artigues (20,23% des suffrages). Une situation qui devrait profiter au socialiste Maurice Vincent, qui recueillerait 46% des voix, contre 41,4% à Michel Thiollière. Gilles Artigues, obtient lui 12,6% soit moins qu'au premier tour.

Metz: Pas de 7e mandat pour Jean-Marie Rausch
L'inamovible Jean-Marie Rausch, investi dans l'entre-deux tours par l'UMP, qui sollicitait un 7e mandat à 78 ans, a-t-il été emporté par la limite d'âge ou par la vague rose? En tout cas, il va céder son fauteuil au PS Dominique Gros, qui recueillerait 48% des voix (selon une estimation Ipsos), contre 28,2 à Jean-Marie Rausch et 23,8% à la députée et candidate dissidente de droite Marie-Jo Zimmerman.

Caen: un fief tombe
Philippe Duron, président socialiste de la région Basse-Normandie (43,96 % au premier tour) confirme face à la maire sortante UMP Brigitte Le Brethon. Il recueille 56,26% des voix, contre 43,74% à Brigitte Le Brethon.
les résultats disponibles ici

Amiens: Même Robien serait battu
Grandissime favori, le maire sortant (depuis 1989) UMP Gilles de Robien n'aurait pas réussi à inverser la tendance, après être arrivé derrière le socialiste Gilles Demailly au premier tour. L'ancien ministre de l'éducation n'obtiendrait que 44,1% des voix, contre 55,9% à Gilles Demailly.
Les résultats définitifs à Amiens disponibles ici.

Reims: L'affrontement fratricide finalement fatal à la droite
Difficile d'imaginer la gauche à la tête de Reims, et c'est pourtant ce qui devrait se passer à l'issue du deuxième tour. La dissidente Catherine Vautrin (25,19% au premier tour) investie par l'UMP dans l'entre-deux-tours n'a pas réussi à refaire son retard sur la socialiste Adeline Hazan. La faute à un affrontement fratricide pendant de longs mois avec Renaud Dutreil. Adeline Hazan remporte 56,07% des voix contre 43,93% à Catherine Vautrin.
Les résultats de Reims disponibles ici

Quimper: Bernard Poignant sans problèmes
Le député européen socialiste Bernard Poignant a confirmé avec 55,70% des voix son avantage du premier tour. Le sénateur-maire sortant UMP Alain Gérard ne se représentait pas. Bernard Poignant n'est pas un nouveau venu: il a été maire de Quimper de 1989 à 2001.
Les résultats de Quimper disponibles ici

Blois passe à gauche
Le socialiste Marc Gricourt a remporté largement, avec 60% des voix, l'élection municipale de Blois à la tête d'une liste PS, PCF, Verts, PRG et MRC, contre 40% au député-maire sortant Nicolas Perruchot (NC), selon des résultats quasi définitifs donnés à la mairie. Au premier tour, la liste de gauche avait remporté 41,73% des suffrages contre 29,09% à celle de Nicolas Perruchot, un ex-UDF qui avait battu Jack Lang (PS) en 2001 avec 37 voix d'avance.

Evreux change de camp
La gauche conduite par le conseiller général DVG Michel Champredon, en congé du PS, a repris Evreux (Eure) à la droite emmenée par le maire UMP sortant Jean-Pierre Nicolas, selon des résultats communiqués par la mairie. La liste de gauche qui comprend des socialistes, des écologistes, des chevènementistes et des communistes a obtenu 49,98% contre 46,88% à la droite. La liste «officielle» du PS conduite par Rachid Mammeri qui avait jeté l'éponge vendredi mais dont les bulletins étaient parfois en place dans les bureaux de vote a réuni 3,12% des voix.