L'UMP joue son va-tout dans ses bastions

Frédéric Crouzet - ©2008 20 minutes

— 

Dominique Perben a disparu. L'ex-candidat UMP à la mairie de Lyon n'a pas pris la parole depuis la déroute de dimanche. Dans les 2e, 4e et 6e arrondissements, où les électeurs doivent encore départager droite et gauche dimanche prochain, l'ancien ministre n'est pas sur le terrain. Son nom n'apparaît plus sur les tracts, que distribuent des militants vêtus d'un blouson bleu retourné pour ne pas laisser apparaître le logo Perben. « On ne renie rien. Mais comme il n'a pas été élu maire de Lyon, son programme ne tient plus », explique Denis Broliquier, maire sortant du 2e. Pour conserver son arrondissement à droite, il fait campagne sur le thème de « l'opposition constructive ».

Dans le 6e conservateur où la gauche a progressé, les troupes de Laurence Balas misent sur une liste « à l'image de l'arrondissement » et une démobilisation de l'électorat de Gérard Collomb (PS), réélu maire au premier tour. Elles invitent les électeurs à ne pas donner « tous les pouvoirs à la gauche ». « Et vous ne voulez quand même pas des socialistes et des communistes dans le 6e », lançait hier une militante à une mamie sur un marché.

Derrière ces élections se cache aussi l'enjeu du leadership de la droite lyonnaise. Dans le 6e, Laurence Balas se dit candidate au poste de maire d'arrondissement. Tout comme Nicole Chevassus, maire sortante. Le milloniste Amaury Nardone y songe, si le 6e seul reste à droite. « Il faudra un leader politique », dit-il. Comme pour tourner la page Perben.

Sur www.20minutes.fr

Le journal des municipales