Les trois villes-clés du Modem

MUNICIPALES L'attitude du parti centriste est épiée à Paris, Pau et Saint-Etienne...

V.G. (avec agence)

— 

Sur le plan national, le Modem n’a pas réussi un très bon score (4,5% des voix selon un sondage CSA-Dexia) mais au lendemain du premier tour, l’attention se focalise sur le parti centriste dont l’attitude est épiée dans trois villes-clés, Paris, Pau et Saint-Etienne.

A Paris, les listes de Marielle de Sarnez sont créditées de 8,9% (estimation Ipsos-Dell). Le parti centriste ne dépasse les 10% que dans trois arrondissements, mais franchit les 5% partout. Il se retrouve en position d'arbitre notamment dans le 5e, où son candidat Philippe Meyer est crédité de 14%, un score qui pourrait être précieux à la candidate socialiste Lyne Cohen-Solal pour battre l'UMP Jean Tiberi, arrivé premier.

>> Lire notre interview à chaud de Marielle de Sarnez...

Marielle de Sarnez, qui réalise elle-même un score de 12,9% dans le 14e arrondissement où le maire PS sortant est en tête, a réaffirmé être «prête à nouer des partenariats» pour le second tour. «Maintenant la question est ouverte pour Bertrand Delanoë», a-t-elle déclaré. Dimanche soir, le maire de Paris semblait plus enclin à faire une alliance avec les Verts, oubliant de citer le Modem dans son discours. Du coup, Marielle de Sarnez attend, sans rien voir venir. Elle a indiqué lundi ne pas avoir «pour le moment de signal de Bertrand Delanoë»   

Bayrou en difficuté à Pau
A Pau, ville symbole du combat centriste, le Modem fait grise mine. François Bayrou, avec 32,61%, est devancé de plus d'un point par la socialiste Martine Lignière-Cassou, tandis que, réunit 27,80% des voix. Le leader centriste devrait donc être confronté à une triangulaire à risque, alors qu'une victoire dans cette ville aurait un effet mobilisateur sur les partisans du «troisième homme» de la présidentielle, qui a entamé une traversée du désert après les législatives.
 
Le Modem faiseur de roi à Saint-Etienne
Reste Saint-Etienne. Une vraie fierté pour le Modem. Après Pau, c’est le deuxième plus gros score dans une ville d’importance pour le parti centriste. Gilles Artigues, avec 20,23 % des suffrages, jouera le rôle de faiseur de roi au second tour. Selon qu’il penche à droite ou à gauche, il devrait faire élire le maire sortant UMP Michel Thiollière ou le socialiste Maurice Vincent. Gilles Artigues devrait annoncer sa décision dans la journée de lundi.