François Fillon appelle à une alliance avec le MoDem

Alexandre Sulzer avec VG

— 

La liste de la socialiste Martine Lignières-Cassou est arrivée en tête des municipales dimanche à Pau avec 33,87% des suffrages exprimés, devançant la liste du président du MoDem François Bayrou (32,61%) et celle du maire sortant, ex-PS soutenu par l'UMP, Yves Urieta (27,80%), selon les résultats définitifs.
La liste de la socialiste Martine Lignières-Cassou est arrivée en tête des municipales dimanche à Pau avec 33,87% des suffrages exprimés, devançant la liste du président du MoDem François Bayrou (32,61%) et celle du maire sortant, ex-PS soutenu par l'UMP, Yves Urieta (27,80%), selon les résultats définitifs. — Duzert Jean-Louis AFP
Il y a le feu à droite. Lundi, c'est le Premier ministre François Fillon en personne - et non Nicolas Sarkozy qui devrait se faire discret cette semaine - qui a appelé le MoDem à «une négociation globale». «Je dis que si les responsables du Modem acceptent de soutenir les listes de la majorité présidentielle, naturellement nous soutiendrons les candidats du MoDem quand ils sont en position de se maintenir et d'être soutenus par notre majorité», a lancé le chef du gouvernement. Une proposition à laquelle François Bayrou a répondu en la qualifiant de «manoeuvre électorale». Le chef du MoDem affirme ne pas vouloir «renoncer à ce qu'il croit».

Rôle pivot dans 37 villes

C'est que malgré son décevant taux de 4,5% des voix (sondage CSA-Dexia) au niveau national, le parti centriste aura un rôle pivot dans de nombreuses villes, où ses candidats dépassent les 10%: par exemple Saint-Etienne, où l'ex-député Gilles Artigues réalise 20,3% des voix, ou encore Aix-en-Provence, Metz, Belfort, Quimper, Evreux, Chartres ou Colombes où la ministre Rama Yade est en difficulté. Au total, le parti de François Bayrou peut se maintenir dans 37 villes de plus de 30.000 habitants et trois arrondissements de Paris (V, VII et XIVèmes).

A Pau, l'UMP veut désormais aider Bayrou

Du côté des villes à conquérir, le MoDem semble en mesure de ne pouvoir que conquérir Pau. Mais l'UMP n'est pas en mesure de promettre la victoire à François Bayrou puisqu'elle n'a présenté aucun candidat et soutenu le maire sortant Gauche Moderne Yves Urieta. Lequel a d'ores et déjà annoncé qu'il se représentera.

Ce qui n'a pas empêché Alain Juppé, élu à Bordeaux avec le soutien du MoDem, de se dire prêt à «aider» François Bayrou dans la capitale béarnaise, jugeant que sa victoire serait «une bonne chose» pour la ville «et pour l'Aquitaine».

Royal s'adresse directement aux électeurs du MoDem

Visiblement vexée de ne pas avoir eu non plus de retour positif à sa proposition d'alliance, Ségolène Royal (PS) s'est adressé, elle, directement aux électeurs du MoDem. Et a fustigé le «grand écart» du président du MoDem entre ce qu'il dit et ce qu'il fait à l'occasion de ce scrutin. «A un moment, ce grand écart est compliqué. C'est pour ça que je lance un appel aux électeurs du MoDem. Si les appareils ne veulent pas comprendre ces choses, il faut que les électeurs du MoDem les comprennent», a lancé l'ancienne candidate à la présidentielle.