Pierre Cohen vers le Capitole

H.M.

— 

Avec 42,60% des suffrages, le maire sortant, Jean-Luc Moudenc (centriste, soutenu par l'UMP) sortirait légèrement en tête du premier round face à son adversaire socialiste Pierre Cohen. Mais cette victoire psychologique ne fait pas pour autant de l'édile le favori du second tour. Jean-Luc Moudenc, seul candidat de droite en lice, dispose en effet de réserves de voix extrêmement minces. Il lui faudrait, pour l'emporter, aspirer la totalité des voix qui se sont portées sur le candidat du MoDem, Jean-Luc Forget (5,9% à 1h) et y ajouter encore celles de l'ex-MoDem André Gallego (estimées autour de 1 %). Crédité de 39% des suffrages exprimés selon les instituts de sondage, Pierre Cohen atteint le seuil haut qu'il s'était fixé pour « créer une dynamique de second tour ». Avec une LCR à 5,07% et un François Simon (altermondialiste) à près de 5,42%, la gauche est mathématiquement très bien placée pour prendre le Capitole sans même avoir à mordre sur l'électorat centriste. Et ce quels que soient les résultats de tractations éventuelles dans l'entre-deux tour. Pierre Cohen s'est d'ailleurs toujours montré assez hostile à toute idée de fusion, estimant que cette solution avait été fatale à François Simon en 2001.

Après avoir voté à 57 % pour Ségolène Royal à la présidentielle, les électeurs toulousains sont en passe de mettre fin à un paradoxe vieux de 37 ans, qui les voyait voter à gauche aux élections nationales et massivement au centre-droit lors des scrutins municipaux.