Dans le clan Delanoë, on ne pavoise pas et on esquisse déjà une stratégie

Magali Gruet - ©2008 20 minutes

— 

Soirée de campagne studieuse pour Bertrand Delanoë, qui s'était enfermé en milieu de journée dans son QG de campagne du 7, rue Dupuis (3e) avec ses plus proches collaborateurs pour n'en sortir que vers 23 h. Discutant stratégie de second tour avant même la fermeture des bureaux de vote, le clan PS rechignait à crier victoire trop vite malgré le score catastrophique de son adversaire UMP. « Nous sommes dans une ambiance studieuse. Les chiffres tombent et nous les analysons au fur et à mesure », commentait vers 21 h 30 le porte-parole du maire.

Vers 22 h, Anne Hidalgo, première adjointe de Delanoë, prenait la parole sur BFM TV, pointant « un côté plutôt positif, intéressant dans les arrondissements très disputés. Je pense au 12e et au 5e, où Lyne Cohen-Solal a fait une percée très importante. Les listes de Bertrand Delanoë font 10 % de plus que lors du premier tour en 2001. Je constate qu'avec Marielle de Sarnez nous avons un certain nombre d'idées sur lesquelles on se retrouve. Concernant Françoise de Panafieu, je n'ai pas à juger sa campagne. Elle a fait des propositions qui ne sont pas adaptées aux Parisiens. »