«Le chemin pour moi est étroit»

INTERVIEW Nicolas Perruchot est maire (NC) de Blois…

Propos recueillis par Alexandre Sulzer

— 

Les députés du Nouveau Centre, d'ordinaire peu critiques envers la majorité, ont fait part d'un certain mécontentement mardi en déplorant, par la voix de leur porte-parole Nicolas Perruchot, "le manque de cohérence et de lisibilité du gouvernement", à quelques mois des municipales.
Les députés du Nouveau Centre, d'ordinaire peu critiques envers la majorité, ont fait part d'un certain mécontentement mardi en déplorant, par la voix de leur porte-parole Nicolas Perruchot, "le manque de cohérence et de lisibilité du gouvernement", à quelques mois des municipales. — Dominique Faget AFP/Archives
Interview de Nicolas Perruchot, maire (NC) de Blois

Avec 29,09% des voix, vous êtes en ballotage défavorable dans votre ville face au socialiste Marc Gricourt qui recueille 41,73% des suffrages. On vous imagine un peu déçu…
Rien n'est joué. Le PS a fait le plein de voix alors que l'extrême gauche est très faible. De plus, l'abstention a été plus forte à droite qu'à gauche. Mais j'ai la volonté de m'entendre avec le MoDem. Dès demain, je vais les contacter pour savoir ce qu'il est possible de faire ensemble. Le chemin pour moi est étroit mais il existe. Aux dernières législatives, nous avions assisté à un reflux important de la gauche au second tour. J'espère pouvoir en faire de même.

Votre résultat tout de même médiocre est-il dû à des enjeux locaux ou à l'alliance entre le Nouveau Centre et l'UMP?
Je n'ai pas été attaqué sur mon bilan ; je crois que l'explication est à chercher ailleurs. Un résultat est-il lié à l'étiquette, à l'attitude, au projet? Difficile à dire. Mais je constate que les candidats centristes ne s'en tirent pas si mal que ça puisque le NC Jean Dionis du Séjour pourrait prendre Agen aux mains du PS et que Jean-Luc Moudenc, étiquetté UMP mais homme du centre, résiste bien à Toulouse.

Votre victoire sur Jack Lang en 2001 était un symbole. Votre défaite pourrait l'être à nouveau en 2008. Ne craignez-vous que les habitants de Blois vous punissent pour l'exemple?
S'il ne s'agit que de prendre une revanche, le réveil des électeurs sera douloureux… Mais je ne crois pas que l'on puisse comparer la situation actuelle à celle de 2001. A l'époque, l'insécurité à Blois était importante et le taux du FN très important. Cela a changé et je compte bien sur un sursaut de mon électorat.

Pour débattre des résultats des municipales, cliquez ici...