«Nous nous implantons durablement dans les villes moyennes»

INTERVIEW Marine Le Pen, candidate FN à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais)…

Propos recueillis par Alexandre Sulzer

— 

Marine Le Pen, vice-présidente du Front National et colistière de Steeve Briois, candidat à la mairie d'Hénin-Beaumont.
Marine Le Pen, vice-présidente du Front National et colistière de Steeve Briois, candidat à la mairie d'Hénin-Beaumont. — AFP / PHILIPPE HUGUEN
Interview de Marine Le Pen, candidate FN à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais):

Vous êtes largement devancée à Hénin-Beaumont, où le socialiste Gérard Dalongeville obtient 43,09% des voix, contre 28,53% des voix pour le FN. Pas trop déçue?

Je suis un peu déçue du niveau obtenu par Gérard Dalongeville étant donné la détestation dont il est l'objet ici. Mais son clientélisme a payé et il a bénéficié d'une vague rose nationale. Le second tour va être l'occasion de revenir à des enjeux locaux. Nous comptons rassembler sur notre liste tous les déçus de la politique locale. Mais je ne fais pas la fine bouche. J'ai tout de même obtenu le meilleur résultat du FN en France et j'ai une pensée pour mes camarades qui n'ont pas eu, dans certaines villes, des résultats à la hauteur de leur engagement.

Que pensez-vous du résultat du FN sur l'ensemble de la France?
Il n'est pas si mauvais puisque nous doublons notre score dans certaines villes comme Fréjus ou Perpignan [en réalité, le FN a fait 12,29% contre 9,27% en 2001]. Dans les grandes villes, c'est plus compliqué car notre implantation n'est pas suffisante. Mais nous nous implantons localement et durablement dans les villes moyennes où nous aurons plus de conseilleurs municipaux. Ces résultats sont encourageants par rapport à ceux des législatives. Le redressement est d'autant plus significatif que nous avons mené la bataille avec des finances exsangues.

Il semble tout de même que le FN n'est plus à même de remporter certaines mairies comme cela a été le cas dans le passé…
Il y a des phases plus ou moins favorables en politique et si l'on ne le supporte pas, il faut faire autre chose. En 2001, nos résultats aux municipales n'étaient pas fameux. L'année suivante, nous étions au second tour de la présidentielle. Pour gagner, l'étiquette ne suffit pas, comme le prouvent les piètres résultats du MoDem. Pour réussir, il faut s'investir sur le terrain. C'est cette philosophie que je veux mettre en place au FN.

Pour débattre des résultats des municipales, cliquez ici...