Les élus et les battus dès le premier tour

MUNICIPALES 20minutes.fr fait le point tout au long de la soirée...

C. F. (avec agence)

— 

Qui sont les candidats élus et battus dès le premier tour des municipales? 20minutes.fr fait le point tout au long de la soirée.

Pour rafraîchir, n'oubliez pas de cliquer ici...

A gauche:

Gérard Collomb, Lyon (Rhone):
Les listes du maire socialiste sortant de Lyon Gérard Collomb remportent 51,5% des voix au premier tour, contre 31,9% à celles de son rival UMP Dominique Perben, selon une estimation Ipsos-Dell, qui ne détaille toutefois pas les résultats par secteur, ne permettant pas de préciser s'il est réélu dès le premier tour.

François Hollande, Tulle (Corrèze)

Le premier secrétaire du PS François Hollande a déclaré ce dimanche sur TF1 que sa liste à Tulle (Corrèze) avait recueilli «72%» au premier tour des municipales et que le conseil général de Corrèze «va sans doute basculer à gauche» dès le premier tour des cantonales.

Valérie Fourneyron, Rouen (Seine-Maritime):
La liste socialiste conduite par la députée Valérie Fourneyron à Rouen (Seine-Maritime) l'a emporté dès le premier tour des municipales avec 55,5% des suffrages exprimés, battant la liste du maire centriste sortant, soutenu par l'UMP, Pierre Albertini (38,5%), selon l'institut TNS-Sofres.

François Rebsamen, Dijon
Le maire sortant est réelu, selon le ministère de l'Intérieur.

Jean-Marc Ayrault, Nantes (Loire-Atlantique)
La liste du maire sortant de Nantes est largement en tête du premier tour des municipales dimanche, selon les première tendances dans cette ville, où 35,41% des bulletins dépouillés le créditent de 58,72% des suffrages exprimés, selon les chiffres communiqués par la mairie.

Laurent Fabius,
Grand-Quevilly (Seine-Maritime)
L'ancien Premier ministre est élu, selon le ministère de l'Intérieur.

A droite:

Laurent Wauquiez, Le Puy-en-Velay

La liste du porte-parole du gouvernement a été largement élue avec 56,45 % des suffrages, devançant celle conduite par la maire socialiste sortante, Arlette Arnaud-Landau, qui obtient 40,34 % des voix.

Hervé Novelli,
Richelieu (Indre-et-Loire)
Le secrétaire d'Etat chargé du Commerce extérieur retouve son fauteuil de maire qu'il avait abandonné en 2001 pour cause de cumul des mandats.


André Santini, Issy-les-Moulineaux

Le secrétaire d'Etat à la Fonction publique est réélu en tant que maire, fauteuil qu'il occupe depuis 1980. Il n’avait peur de personne pour son énième campagne municipale… sinon des juges. Le 20 février, la Cour de cassation a confirmé sa mise en examen dans l’enquête sur la fondation Hamon. Il est poursuivi pour détournement de fonds, faux et prise illégale d’intérêt. L’onction populaire devrait lui donner un peu de baume au cœur.

Michèle Alliot-Marie, Saint-Jean-de-Luz

La ministre de l'Intérieur est réélue, selon le ministère de l'Intérieur. Elle joue la porte-drapeau mais refuse le rôle de maire. Présente en première position de la liste UMP, elle a d'ores et déjà prévu de laisser le siège de maire à Peyuco Duhart, dont elle est actuellement le premier adjoint.

Dominique Bussereau, Saint-Georges-de-Didonne
Le secrétaire d'Etat aux Transports est réélu maire. Dominique Bussereau n'avait finalement aucun opposant, le socialiste Dominique Rossignol ayant rejoint sa liste.

Eric Woerth, Chantilly

Le ministre du Budget est reélu, selon le ministère de l'Intérieur. Eric Woerth avait la chance de n'avoir qu'un seul opposant, le socialiste Dominique Louis-dit-Trieau.

Eric Besson, Donzère (Drôme)
Ancien socialiste et secrétaire d'Etat à la Prospective, Eric Besson est réelu, selon le ministère de l'Intérieur. Le fait d'avoir quitté Ségolène Royal pour rejoindre Nicolas Sarkozy ne l'a donc pas pénalisé, alors que sa permanence de campagne avait été saccagée 6 jours avant le scrutin.

Jean-François Copé, Meaux
Le président du groupe UMP à l'Assemblée est réélu, pour un troisième mandat de maire de Meaux, selon le ministère de l'Intérieur. En 2001, il avait été réélu avec 68% des scrutins en 2001, mais il montrait quelques signes d'inquiétude cette année, notamment face à la liste Modem conduite par son ancien adjoint Ange Anziani.

Yves Jégo, Monterault-Fault-Yonne (Yonne)
Le député, porte-parole de l'UMP, est élu, selon le ministère de l'Intérieur.

Alain Juppé, Bordeaux, Aquitaine
L'ancien Premier ministre est réelu avec 55,8% des voix, contre 35,2 pour Alain Rousset (PS-Verts-PC), selon les estimations Ipsos/Dell. Aux législatives 2007, il avait été battu par la socialiste Michèle Delaunay. Les municipales s'annonçaient donc comme un véritable plébiscite pour le maire sortant.

Au centre

Hervé Morin, Epaignes
Le ministre de la Défense et président du Nouveau Centre est réélu, selon le ministère de l'Intérieur. L'enfant du pays de ce petit village de l’Eure était quasi assuré de garder son siège de maire. Maire d’Epaignes depuis 1995, le ministre de la Défense a toujours su garder son ancrage local, tenant fréquemment une permanence d’une heure en fin de semaine.

Les Verts:

Noël Mamère, Bègles
Le député-maire est réélu, selon le ministère de l'Intérieur.

Jean-Marc Brulé (Verts) à Cesson (Seine-et-Marne):

Selon nos informations, le candidat Verts à la mairie de Cesson (Seine-et-Marne), où les bureaux de vote fermaient à 18 heures, serait élu avec 55 % des voix. Il affrontait Christian Didion (SE). Contacté par 20 Minutes vers 19 heures, Jean-Marc Brulé estime que «c'est une énorme surprise, je suis le premier maire Verts de ce département. C'est le résultat d'une excellente campagne de terrain. Les habitants voulaient du changement, ils voulaient de l'air pur!»