Le PS s'empare de Rodez, Laval, Châlon-sur-Saône...

MUNICIPALES Celles où l'opposition l'emporte ou est en ballotage favorable...

Alexandre Sulzer

— 

La gauche avait de gros espoirs, elle a réussi à les concrétiser dans certaines villes dès le premier tour.

A Blois, ville symbole de la vague bleue de 2001, le maire sortant NC, Nicolas Perruchot, est en ballotage très défavorable avec 29,09% des voix face au PS Marc Gricourt qui remporte 41,73% des suffrages.

A Metz, le maire sortant divers droite, Jean-Marie Rausch, est en ballotage défavorable face au PS Dominique Gros (24,16% contre 34,04% des voix). La candidate officielle de l'UMP remporte 16,68% des voix. Le réservoir de voix semble toutefois pouvoir profiter à la droite.

A Quimper (Finistère), le maire sortant UMP Alain Gérard est en ballotage défavorable (29,09% des voix) face au PS Bernard Poignant qui empoche 35,97% des suffrages. Mais la gauche part avec un gros avantage alors que les Verts arrivent troisième avec 16,80% des voix devant le MoDem (11,61%).

A Châlons-sur-Saône, l'UMP qui détenait la mairie se fait détrôner dès le premier tour par le socialiste Christophe Sirugue qui décroche 54,49% des voix (contre 36,94% pour l'UMP).

A Cahors (Lot), le maire sortant UMP, Marc Lecuru, est en ballotage très défavorable avec 19,52% des voix contre 32,54% pour la liste socialiste menée par Jean-Marc Veyssouze-Faure qui recueille 32,54%. La liste PRG de Dominique Orliac arrive en troisième position avec 18,78% des suffrages.

A Laval (Mayenne), l'ancien ministre et maire sortant François d'Aubert perd la ville dès le premier tour. La liste socialiste l'emporte en effet avec 50,24% des voix contre 43,03% seulement pour l'UMP.

Après 55 ans à droite, Rodez (Aveyron) passe ainsi à gauche. Le socialiste Christian Teyssèdre a remporté la ville dès le premier tour avec 52,49% des suffrages. Aucune des deux listes de droite n'a dépassé 20% des suffrages.

A Strasbourg (Bas-Rhin), selon une estimation Ipsos, la maire sortante, Fabienne Keller, n'obtient que 31,7% des voix contre 44,6% des voix pour son rival socialiste Alain Ries. Un ballotage défavorable symbolique.

Le maire sortant de Périgueux (Dordogne), le ministre Xavier Dacros, est ainsi mis en ballotage défavorable avec 45,25% des voix contre 45,7% pour le socialiste Moyrand.

A Schiltigheim (Bas-Rhin), le socialiste Raphaël Nisand est en ballotage favorable (32,43% des voix) face au maire sortant Jean-Marie Kutner (17,12%), un homme de gauche bockélien soutenu par l'UMP.

A Caen, (Calvados), la liste PS, conduite par Philippe Duron, est en tête au premier tour des municipales avec 44% des suffrages exprimés, et devance la liste du maire UMP sortant Brigitte Le Brethon qui recueille 36%, selon l'institut TNS-Sofres.

Ville qui tombe dans l'escarcelle de la gauche dès le premier tour, Alençon, (Orne) dont le candidat socialiste, Joaquim Pueyo, obtient 50,74% des voix. Le candidat UMP, Marc Le Picard, lui, obtient 41,99%.

Gros succès à Rouen (Seine-Maritime) où la socialiste Valérie Fourneyron remporterait la majorité absolue avec 55,2% des voix, selon un sondage sorti des urnes réalisé par Ipsos. Le maire sortant Pierre Albertini, soutenu pourtant par l'UMP, le MoDem et le NC, ne recueillerait que 37,3% des voix. Un désaveu.

A Pau (Pyrénées Atlantiques) le maire sortant bockélien, soutenu par l'UMP, Yves Urieta, est en grosse difficulté avec seulement 28,7% des voix, selon le même institut. La socialiste Martine Lignières-Cassou serait en ballotage favorable avec 33,7% des voix. Elle affrontera durement l'autre ténor de cette élection, le chef du MoDem, François Bayrou qui recueillerait 31,7%.

A Reims(Marne), la gauche serait en ballotage favorable également avec 40,9% des voix pour la liste menée par la PS Adeline Hazan. Dans le combat fratricide à droite, la dissidente Catherine Vautrin serait à 26%, un peu devant l'UMP officiel Renaud Dutreil (24%).