Quels points chauds pour les cantonales?

POLITIQUE Les départements qui pourraient basculer, les personnalités impliquées…

Alexandre Sulzer

— 

Un employé municipal de la ville de Nice prépare les 324 urnes qui seront utilisées lors des élections municipales et cantonales du 9 mars prochain, le 3 mars 2008.
Un employé municipal de la ville de Nice prépare les 324 urnes qui seront utilisées lors des élections municipales et cantonales du 9 mars prochain, le 3 mars 2008. — E. GAILLARD / REUTERS

Les Français (et les médias) ont tendance à l'oublier: dimanche, 2014 cantons sont invités à renouveler leurs conseillers généraux. Pour la première fois, la gauche est majoritaire dans les départements. Après en avoir conquis cinq en 2001 et pas moins de onze lors de la vague rose de 2004, elle dirige 51 conseils généraux sur 100. Autant dire que l'avantage est précaire et l'équilibre instable. Petit tour d'horizon des départements à conquérir pour les deux familles politiques.

Vous ne comprenez rien aux cantonales? Cliquez ici.

Les espoirs de la gauche

La gauche entend bien profiter de l'avantage qui lui est donnée aux municipales pour avancer ses pions.

-Charente-Maritime et Deux Sèvres: dans le premier, la droite ne dispose que d'un siège d'avance au conseil général et dans le second, de deux. Autant dire que ces départements sont gagnables pour le PS sur les terres de Ségolène Royal.

-Corrèze: il ne sera pas facile de gagner les trois cantons qui permettraient à la gauche d'être majoritaire. Mais la lutte est hautement symbolique puisque c'est François Hollande lui-même qui souhaiterait présider le conseil général du plus chiraquien des départements.

-Côte d'Or: le département de François Rebsamen, le maire de Dijon, est prenable à deux sièges près.

-Lot-et-Garonne: un seul siège permettrait à la gauche d'être majoritaire dans un département dont la préfecture socialiste, Agen, risque d'être conquise par la droite.

-Indre-et-Loire: dans ce département où le maire socialiste de Tours semble confiant, un seul siège et la gauche remporte la majorité.

-Seine-Saint-Denis: à l'image des municipales, le PS espère s'imposer ici sur les terres historiques du PCF. Le fabiusien Claude Bartolone est à l'affût. En cas de déroute, les communistes devraient pouvoir se rattraper au conseil général de l'Allier dont il pourrait prendre la présidence à l'UMP.

-Somme: un siège suffit pour que la gauche l'emporte.

-Saône-et-Loire: un département déjà aux mains de la gauche mais dont l'actuel président du conseil général, Christophe Sirugue, s'il gagne la municipalité de Châlon-sur-Saône, pourrait laisser la place à Arnaud Montebourg.

L'objectif de la droite

Il est simple: reconquérir un maximum de départements perdus en 2004 lorsque les cantons qui ne sont pas sollicités cette année (c'est-à-dire la moitié) ont favorisé la gauche. Les autres cantons, invités à se prononcer en 2008, pourraient être tentés d'inverser la balance.

-Hautes-Alpes, Cher, Doubs, Drôme, Oise, Seine-et-Marne: dans tous ces départements perdus il y a à peine quatre ans, un ou deux sièges suffisent pour reprendre l'avantage.

-Vaucluse: perdu en 2001, la gauche est majoritaire dans ce département que de deux sièges. Gagnable.

-Pyrénées-Orientales: sur la papier, la gauche y est largement majoritaire. Mais ses graves divisions devraient permettre à l'UMP d'y faire une bonne percée.

-Territoire de Belfort: scénario semblable à celui de Perpignan. Ici, chevènementistes et socialistes sont en conflit ouvert. Une aubaine pour la droite.

-Savoie: la droite dirige déjà ce département qui lui est très fidèle. Mais l'ancien ministre de l'Economie Hervé Gaymard va tenter d'y redevenir président du conseil général, un poste qu'il avait dû abandonner en 2002 lorsqu'il a été appelé au gouvernement.

La parité ne représente pas un enjeu dans la campagne. Pourtant, le déséquilibre entre hommes et femmes y est flagrant. Ainsi, seuls 10% des conseillers généraux sont des femmes et trois départements - Ardèche, Hautes-Alpes et Mayotte - ne comptent que des hommes dans leurs rangs. Autant que le nombre de départements dirigés par une femme (Calvados, Haute-Vienne et Réunion).