Le sénateur-maire (PS) de Lyon Gérard Collomb serait réélu dès le premier tour de l'élection municipale avec 52% des voix, face à son adversaire UMP Dominique Perben (32%), selon un sondage Ipsos-Dell pour SFR à paraître mardi dans 20 minutes.
Le sénateur-maire (PS) de Lyon Gérard Collomb serait réélu dès le premier tour de l'élection municipale avec 52% des voix, face à son adversaire UMP Dominique Perben (32%), selon un sondage Ipsos-Dell pour SFR à paraître mardi dans 20 minutes. — Fred Dufour AFP/Archives

MUNICIPALES

Les points chauds qui ne devraient pas basculer

Les enjeux de chacun d'entre eux...

La liste des points chauds qui ne devraient pas basculer.

Lyon (Rhône)

Le socialiste sortant Gérard Collomb espère bien conserver l'une des grandes victoires de la gauche en 2001. Et il n'a pas tort. Si Dominique Perben (UMP) a réussi à rassembler les divers courants de droite, notamment les partisans de Charles Millon, il ne décolle pas dans les sondages. Le MoDem, lui, présente une liste autonome mais a perdu une partie de ses militants, partis sur la liste Perben.

Paris IV

Pour conquérir un arrondissement à gauche - la royaliste Dominique Bertinotti y est maire depuis 2001 - qui a voté à une courte majorité Nicolas Sarkozy à la présidentielle, l'UMP a investi Vincent Roger, directeur de cabinet du porte-parole du gouvernement ainsi que Christine Albanel, ministre de la Culture. Symétriquement, c'est monsieur culture à la mairie de Paris, Christophe Girard, qui occupe la seconde place sur la liste de gauche.

Neuilly (Hauts-de-Seine)
LA ville la plus médiatisée sans doute de la campagne. Tout le monde y a suivi le psychodrame politico-familial qui a abouti à l'éviction de David Martinon, porte-parole de l'Elysée. L'UMP a rallié la candidature du divers droite Jean-Christophe Fromentin mais cela n'a pas empêché le baron local du parti, Arnaud Teullé, de présenter une liste dissidente. Cette guerre à droite ne devrait pas pour autant profiter à la gauche, très minoritaire dans le fief du président de la République.

Rennes (Ile-et-Vilaine)
Qui va succéder au socialiste Edmond Hervé qui laisse sa place après 31 ans de règne? Son bras droit désigné, Daniel Delaveau, a de bonnes chances dans une ville qui a voté largement pour Ségolène Royal à la présidentielle. L'UMP a investi Karim Boudjema et le MoDem Caroline Ollivro qui pourrait peser fortement dans la bataille.

Montpellier (Hérault)
Le système Frêche en question. L'UMP Jacques Domergue espère mettre fin au règne de la gauche sur la capitale languedocienne depuis plusieurs décennies. Face à lui, la maire PS sortante Hélène Mandroux se représente ainsi que l'incontournable Georges Frêche, en sixième position sur la liste. Celui-ci reste président du conseil d'agglomération. La droite part toutefois perdante alors que le MoDem a fait alliance avec la gauche.

Evreux (Eure)
La gauche aimerait bien reprendre ce bastion communiste conquise par Jean-Louis Debré en 2001. Mais, divisée entre le PS officiel conduit par Rachid Mammeri et des socialistes dissidents soutenus par les communistes et la LCR, elle aura fort à faire alors que le successeur du président du Conseil constitutionnel, Jean-Pierre Nicolas, a réussi à trouver un compromis avec Bruno Le Maire, ancien directeur de cabinet de Dominique de Villepin à Matignon.

Tours (Indre-et-Loire)
L'UMP présente une personnalité connue, l'ancien ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres, pour ravir la mairie au socialiste sortant, Jean Germain. Celui-ci semble assez confiant alors que Tours a voté à gauche à la présidentielle et aux législatives. Autre nom connu, celui de Guillaume Peltier, bras droit de Philippe de Villiers, qui se présente pour le MPF.

Pour voir quelles sont les villes UMP qui pourraient basculer à gauche, cliquer ici.

Pour voir quelles sont les villes PS qui pourraient basculer à droite, cliquer ici.

Pour tous les autres points chauds, cliquer ici.

Enfin, pour voir le diaporama des personnalités engagées dans la course, cliquer ici. Et pour les people qui souhaitent s'investir dans la vie politique locale, cliquer ici.