Ces villes où la bagarre sera chaude

David Carzon

— 

Elles pourraient basculer ou sont déjà jouées d'avance... Le point sur les villes clés du premier tour.

· Ça chauffe Pour la première fois depuis vingt-deux ans, la Bonne Mère pourrait repasser à gauche. Le maire UMP de Marseille, Jean-Claude Gaudin, est grandement menacé par le socialiste Jean-Noël Guérini, président du département. En cause: un fort effet anti-Sarkozy. Idem dans la Ville rose, où le maire sortant - le centriste soutenu par l'UMP Jean-Claude Moudenc - est inquiété par le PS Pierre Cohen. Toulouse n'a pas vu un maire de gauche depuis trente-sept ans. Autre point chaud, mais pour le MoDem : Pau. François Bayrou est loin d'être assuré d'une victoire. Les sarkozystes soutiennent le maire PS Yves Urieta.

· Ça balance A Reims, le parti de la majorité a préféré partir divisé plutôt que d'être sûr de garder la ville. Face à l'UMP Renaud Dutreil et à la dissidente Catherine Vautrin adoubée par le maire sortant, Jean-Louis Schneiter, le PS est en embuscade. A Blois, c'est Nicolas Perruchot (Nouveau Centre) le tombeur de Jack Lang, qui est en difficulté face à une opposition qui a réussi l'union. Ça se jouera encore à un cheveu. Antoine Rufenacht, maire UMP du Havre, n'est pas certain de sa réélection. Même si PS et PCF ne sont pas unis, les seconds fondent beaucoup d'espoir pour avoir au moins un trophée.

· C'est sans doute déjà gagné A Nantes, le maire PS Jean-Marc Ayrault, candidat pour la quatrième fois, est quasi certain d'être réélu dès le premier tour. Idem pour Gérard Collomb à Lyon, même si le maire sortant PS devra sans doute attendre le second tour. A Lille, Martine Aubry (PS) a retrouvé un second souffle local, comme Alain Juppé (UMP) à Bordeaux.

Retrouvez les résultats dans toute la France, dimanche dès 20h.