Le 12e, cet arrondissement déterminant

Carole Bianchi - ©2008 20 minutes

— 

Ambiance morose hier sur le marché Ledru-Rollin (12e). En pleine période de vacances scolaires et sous une petite pluie fine, les distributeurs de tracts du MoDem, du PS et de l'UMP ont du mal à entamer une discussion avec les passants. Mais ils savent que leur présence est capitale à quelques jours du scrutin.

Le 12e est l'un des arrondissements clés à remporter pour les candidats, car trente sièges sont en jeu, dont dix pour le Conseil de Paris. Ses scores seront donc observés à la loupe dimanche soir. Mais déjà, dans ce quartier propret proche de la gare de Lyon, où de nombreux résidents sont propriétaires, beaucoup parient sur la réélection de la maire sortante Michèle Blumenthal, à la tête de la liste PS-PC-MRC-PRG.

« Avec elle, c'est pas le pied, lâche Joëlle, 53 ans, devant un étal de fruits et légumes. Mais on sait ce qu'elle vaut. Cavada, lui, a été parachuté ! On n'a pas à changer d'étiquette comme on change de veste », s'indigne cette habitante de la rue Ledru-Rollin.

« Jean-Marie Cavada n'a pas fait une bonne campagne »

Marie, 72 ans, résidant dans un appartement du boulevard de la Bastille depuis quarante-huit ans, enfouit tout de même au fond de son cabas le tract de Jean-Marie Cavada, l'ex-MoDem passé à l'UMP. « On va essayer avec lui », lâche- t-elle d'un ton désabusé. Mais j'étais arrivée à un stade où je ne voulais plus du tout voter et déchirer ma carte d'électeur. » Gilberte, 70 ans, et son mari, qui ne cachent pas leur ancrage à droite, estiment que « Cavada n'a pas fait une bonne campagne. C'est perdu pour lui », et craignent une forte abstention. Pour tous, la campagne semble avoir été trop longue. Elle ne les intéresse plus. Même le passage de Corinne Lepage, la tête de liste MoDem, arborant son écharpe orange vif, n'éveille pas la curiosité. « La plupart des gens ont fait leur choix », justifie-t-elle avant de glisser : « les indices sont bons pour nous ».