Il n'y aura pas de grand remaniement après les municipales

POLITIQUE C'est Nicolas Sarkozy qui le dit...

Avec agence

— 

Mercredi, après Strasbourg en septembre, la Corse accueillera mercredi le deuxième Conseil des ministres organisé hors de la capital depuis l'élection de Nicolas Sarkozy, une initiative qui se heurte à la défiance des nationalistes.
Mercredi, après Strasbourg en septembre, la Corse accueillera mercredi le deuxième Conseil des ministres organisé hors de la capital depuis l'élection de Nicolas Sarkozy, une initiative qui se heurte à la défiance des nationalistes. — Eric Feferberg AFP/Archives
Nicolas Sarkozy affirme qu'il n'y aura pas de grand remaniement après les municipales dans une interview au «Figaro» à paraître jeudi.

Le chef de l'Etat affirme par ailleurs que le Premier ministre François Fillon est «le meilleur pour mettre en oeuvre» sa politique, lui réaffirmant ainsi sa confiance.

Dans cet entretien à quatre jours du premier tour des scrutins locaux (municipales et cantonales), le Président affirme aussi qu'il n'y «aura pas de plan de rigueur» après ces élections. Dans l'après-midi, Nicolas Sarkozy avait affirmé au Sénat qu'«il n'y avait pas d'autre chemin que celui de la maîtrise des dépenses publiques»

«Aller jusqu'au bout» contre les récidivistes

«L'élévation du niveau de vie est l'objectif central de mon action», ajoute-t-il.

Contre les récidivistes, Nicolas Sarkozy affirme par ailleurs vouloir «aller jusqu'au bout». Le chef de l'Etat fait cette déclaration alors que le Conseil constitutionnel a partiellement censuré la loi instaurant la rétention de sûreté pour certains criminels jugés dangereux à l'issue de leur peine.