Fillon prête sa popularité à Perben

Frédéric Crouzet - ©2008 20 minutes

— 

Un soutien de poids pour Dominique Perben. C'est un Premier ministre au top de sa popularité avec 66 % d'opinions favorables (selon une enquête Ifop-Paris-Match à paraître demain) qui est venu hier « encourager » le candidat UMP à la mairie de Lyon, en mauvaise posture dans les sondages. Mais François Fillon a surtout cherché à mobiliser l'électorat de droite, dont une partie s'apprêterait à voter pour Gérard Collomb (PS). « Tous les candidats aux municipales ne se valent pas. Les listes de gauche augmentent fortement les impôts. Ce n'est pas l'engagement des listes de la majorité présidentielle », a assuré le Premier ministre dans une brasserie de la place Bellecour (2e).

Auparavant, François Fillon avait arpenté la rue de la République aux côtés de Dominique Perben. Entouré d'une centaine de journalistes, il est parvenu à serrer quelques mains... de militants de droite. « On nous a demandé de venir l'applaudir, mais sans nos blousons de campagne, pour pas faire trop réunion de militants », explique une candidate des listes de Perben. « Fillon, Fillon ! », s'époumone une dame. « Fillon, oui, Perben, non », précise-t-elle. François Fillon est applaudi quand il sort d'une pâtisserie Bouillet du 2e, étape symbolique planifiée par l'équipe de campagne. Pendant la campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy avait dû renoncer à se rendre chez le roi du macaron en raison d'une manifestation. « Fillon nous a vengés », estime une militante.