Françoise de Panafieu trace sa feuille de route

Mickaël Bosredon - ©2008 20 minutes

— 

La candidate UMP souhaite réformer le mode de gouvernance de la capitale si elle est élue maire. A l'instar du gouvernement de Nicolas Sarkozy, Françoise de Panafieu veut une équipe resserrée. « Pas question d'avoir plus de vingt maires adjoints », a-t-elle assuré. Elle a précisé qu'elle créerait trois délégations : « un premier adjoint sera chargé du développement durable, et sa compétence sera transversale. Les délégations d'urbanisme et de logement seront regroupées en une seule. Il y aura aussi une délégation chargée des affaires européennes », notamment pour solliciter des fonds auprès de Bruxelles pour la réalisation de projets.

Parallèlement, la députée-maire du 17e veut former une équipe dédiée à la candidature de Paris à l'Exposition universelle de 2020, un de ses projets phares, ainsi que deux hauts conseils, l'un consacré au développement durable, l'autre au développement économique, dont les avis donneront lieu à « un vote au Conseil de Paris ». Elle souhaite aussi que le premier Conseil, au mois d'avril, soit consacré au projet du « Grand Paris ».

Par ailleurs, elle veut donner « un vrai statut » à l'opposition, et permettre à celle-ci de saisir « une fois par an » l'inspection générale des services sur le thème de son choix. Le règlement du Conseil sera par ailleurs « revu pour une meilleure organisation des débats ». Françoise de Panafieu demandera également une réforme de la loi PLM (Paris-Lyon-Marseille) de 1982, pour doter Paris d'un régime spécial, « notamment une élection du maire par suffrage universel direct dès 2014 ».