Partie entre vieilles connaissances

B. C. - ©2008 20 minutes

— 

A Cugnaux, on prend les mêmes, on recommence mais on inverse les rôles. Le challenger PRG de 2001, Philippe Guérin, occupe désormais celui de maire sortant et brigue un deuxième mandat sous l'étiquette gauche plurielle. Son prédécesseur de droite, Michel Aujoulat, repart à la conquête du siège qu'il a occupé de 1989 à 2001. Et pour parfaire le tableau, Philippe Ripoche, ex-premier adjoint socialiste de Philippe Guérin, a décidé de se lancer dans la bataille. Entré progressivement en dissidence. ce dernier reproche les choix faits par Philippe Guérin, notamment « une baisse de la démocratie participative à partir de 2005 ». Mais l'une des questions qui focalise les critiques est celle de la pression fiscale, qui a fait un bon de 20 % au cours du mandat. « Nous avons dû augmenter les impôts lorsque nous sommes arrivés car Aujoulat avait laissé une dette de 16 millions d'euros. Aujourd'hui, elle est à 9 millions et nous avons pu faire des investissements », se justifie Philippe Guérin, qui veut créer un éco-quartier. Pour son ancien bras droit, il faudrait aller plus loin sur la question des impôts. Philippe Ripoche s'engage ainsi « à baisser de 6 % la taxe d'habitation, et de 4 % le foncier ». Michel Aujoulat, lui, a décidé d'attaquer sur la question de l'urbanisme. « Il faut faire une pause dans les permis de construire car nous n'arrivons pas à digérer la population qui est arrivée. Il manque 80 places en crèche », estime-t-il. Anne-Marie Laflorentie, candidate sous l'étiquette Lutte Ouvrière, pourrait aussi jouer un rôle : en 2001, elle avait obtenu 7,15 % des voix au premier tour.

Sur votons.20minutes.fr

Comparez les programmes des candidats