Le MoDem et une liste ouvrière déboutés par le tribunal

Dalya Daoud - ©2008 20 minutes

— 

Trois candidats aux municipales devant le tribunal ce vendredi, dont deux qui ne décolèrent pas. « C'est un sale coup pour la démocratie », a affirmé hier Karim Smaoui-Hamraoui, révolté face au rejet par le tribunal administratif de son recours contre la décision de la préfecture. L'administration avait la semaine dernière invalidé la liste MoDem qu'il conduisait dans le 8e arrondissement, un de ses colistiers figurant aussi sur la liste du FN. Même histoire et même rejet du tribunal pour la « liste ouvrière d'unité », présentée à Vénissieux, sur laquelle une colistière FN s'est aussi retrouvée inscrite. Dans les deux cas, le parti d'extrême droite n'a pas été, lui, invalidé, ayant déposé sa candidature le premier.

« Avec cette règle, n'importe qui peut plomber une liste », s'est insurgé Karim Smaoui-Hamraoui. Enfin, seul Christophe Girard, tête de la liste UMP à Vénissieux, a vu son recours aboutir vendredi. Sa liste avait été retoquée par la préfecture car un de ses colistiers réside dans un garage. Une décision annulée vendredi par le tribunal, qui permet donc à l'UMP de repartir dans la course à la mairie à une semaine du scrutin.