La Cité nucléaire entre espoir et scepticisme

L. M. - ©2008 20 minutes

— 

Les habitants de la Cité nucléaire, dans le quartier de Cronenbourg, à Strasbourg, se sentent très concernés par la rénovation urbaine engagée par l'ANRU sous l'impulsion de la municipalité sortante. Il faut dire que nombre d'immeubles du secteur datant des années 1960 sont insalubres. La construction de 400 logements à l'horizon 2010 et la réhabilitation de 300 appartements devraient donner un peu d'oxygène. « On commence à voir du concret », se félicite Nadia, commerçante dans le quartier. Pour elle, il faut introduire de la mixité sociale. L'habitat en accession à la propriété lui semble donc une bonne idée. L'ANRU prévoit aussi la création de commerces et de nouveaux équipements. « C'est bien, car il faut aussi soutenir l'emploi. »

L'installation d'un hôpital de jour avec des centaines de postes annoncés est, par exemple, prévue. Cette perspective n'est cependant pas du goût de tout le monde. « Mettre un hôpital psychiatrique au milieu d'une cité, c'est n'importe quoi. En plus juste à côté d'une école », s'insurge un jeune homme. Le scepticisme règne aussi à propos de l'aménagement annoncé de nouveaux espaces verts et d'aires de jeux. « On va nous remettre du béton et puis c'est tout », réagit un autre habitant. A ses côté, Rachid intervient : « Ce qu'il nous faut, c'est un terrain de jeu synthétique éclairé jusqu'à 22 h comme au Marais. » Et malgré l'ANRU, un sentiment d'abandon par les politiques persiste chez les jeunes : « On a vu plus souvent Francis Lalanne », assure l'un d'eux.

Sur www.20minutes.fr

Le journal des municipales