Prolonger ou pas la période Dejoie

Frédéric Brenon - ©2008 20 minutes

— 

Près de quarante ans de pouvoir ininterrompu. Depuis 1971, Vertou est dirigée par une même famille : les Dejoie. L'histoire a commencé avec Luc, le père, maire, conseiller général et sénateur, puis s'est prolongée avec Laurent, le fils, notaire et premier magistrat de la commune depuis 1995. Et si la gauche réclame du « renouvellement », que certains des 21 200 habitants avouent ressentir « une usure », l'histoire a de grandes chances de connaître un nouvel épisode de six ans le mois prochain. Car à 52 ans, satisfait d'un bilan qu'il juge « positif » et qui a « permis à Vertou de continuer à se développer », Laurent Dejoie a en effet décidé de briguer un troisième mandat. A ses côtés, une équipe renouvelée aux deux tiers, où figurent cinq militants UMP, comme lui, et quatre MoDem. « J'ai comme principaux projets de développer l'offre de logements, d'améliorer le parcours des bords de Sèvre, de sécuriser les espaces publics, d'ouvrir la ville à l'international et de solliciter le prolongement du Busway vers Vertou-centre », explique-t-il.

Sur la question du Busway, Martine L'Hostis, 56 ans, candidate d'une liste d'opposition menée par le PS et les Verts, est plutôt d'accord. En revanche, les critiques abondent concernant « la faible part de logements sociaux », « le manque de places en crèches » ou « l'absence de politique culturelle ». « Vertou a changé avec l'apport d'une population nouvelle. Nous avons nos chances », considère-t-elle. Une liste PC, menée par Michel Gouty, 58 ans, sera également en course.

Demain : Saint-Sébastien

rappel En 2001, Laurent Dejoie (DvD) était réélu au premier tour par 63,16 % des voix contre 36,84 % à Christian Nadal (PS-PC-Verts). Aux législatives 2007, Serge Poignant (UMP) avait battu Martine L'Hostis (PS) avec 52,75 %.