Delanoë ne veut pas changer de têtes... A Paris, l'UMP se met au ménage...

JOURNAL DES MUNICIPALES J-15 Les dernières infos, les coulisses des campagnes...

— 

Le journal des municipales, c'est tous les jours sur www.20minutes.fr
Le journal des municipales, c'est tous les jours sur www.20minutes.fr — 20 Minutes
Le 9 mars, plus de 36.000 communes françaises sont invitées à renouveler leur maire. Le buzz de la campagne et tout ce qu'il faut savoir - l'incontournable comme le plus anecdotique - c'est tous les jours dans le «Journal des municipales» sur www.20minutes.fr.

Samedi 23 janvier, J-15

Paris: Delanoë ne veut pas changer de têtes dans les 5e et 14e arrondissements

Lyne Cohen-Solal et Pierre Castagnou seront têtes de liste au second tour. Bertrand Delanoë a affirmé samedi «sa détermination» à maintenir ces candidats PS dans les 5e et 14e arrondissements à Paris, démentant des rumeurs selon lesquelles des MoDem y seraient promus par un accord d'entre-deux tours.
Philippe Meyer et Marielle de Sarnez sont les candidats MoDem dans ces arrondissements.



Paris
: l'UMP se met au ménage
Les candidats UMP de la capitale manient le symbole. Samedi matin, ils ont mené une «opération propreté» dans les avenues du 17e arrondissement, vêtus de blouses bleues et balai en main. «Les Parisiens n'ont jamais vu leur ville aussi sale et tout le monde se plaint», a expliqué Françoise de Panafieu.

Vendredi 22 février, J-16

Neuilly
: Pour qui va voter le fils du chef de l'Etat?
A cette question, Jean Sarkozy, candidat à l'élection cantonale de Neuilly-sud, ne souhaite pas répondre. Il s'est déclaré «tenu à la neutralité» dans la municipale de Neuilly et il «réserve au secret de l'isoloir (son) choix entre Jean-Christophe Fromantin et Arnaud Teullé».


Paris: Françoise de Panafieu réussit à traverser la route
Un bel exemple de courage politique. Lors d’une visite médiatique sur le bitume parisien, la candidate UMP a réussi à... traverser une rue. C’est le «Petit journal» de Canal + qui relève le ridicule de la situation dans une chronique hilarante. Françoise de Panafieu, justicière des trottoirs, en a profité pour dénoncer une voirie «méchante» et «dangereuse».




Paris
: Rachida Dati se considère comme «la définition-même de la République»

A force d’entendre Nicolas Sarkozy parler de sa fierté d'accueillir des femmes et des minorités visibles dans son gouvernement, Rachida Dati aurait-elle pris la grosse tête? Dans une vidéo filmée lundi, la candidate UMP dans le 7e arrondissement a donné une curieuse définition de la République: c'est elle-même! «Je suis la définition-même de la République: le travail et le mérite et on récompense le mérite», a t-elle déclaré l'air de rien.



Dinan: il fait imprimer 10.000 tracts et se retire deux jours après
C’est ce qui s’appelle être sanguin. Claude Thual, un concessionnaire moto de Dinan (Côtes-d’Armor), a brusquement décidé de se présenter aux municipales mardi. Dans la nuit de mercredi à jeudi, il distribue 10.000 tracts dans les boîtes aux lettres de Dinan pour dénoncer avec virulence la politique du maire UMP René Benoît. Mais pas de chance, comme le rapporte «Ouest-France», il n’a pas réussi à trouver 33 personnes pour constituer une liste. Jeudi, deux jours après son coup de chaud, il renonce à se présenter.

Marseille: des navettes maritimes pour éviter les embouteillages
Encore plus fort que le Vélib’, les navettes maritimes. Jean-Noël Guérini, candidat socialiste à la mairie de Marseille, propose de désengorger la circulation marseillaise en lançant des liaisons maritimes. Gros avantage par rapport au deux-roues: sur une navette, malgré le vent, on peut quand même essayer de lire le journal! Et Guérini le prouve avec brio dans ce reportage de M6.



Paris: Bruno Masure met «le petit doigt» pour soutenir Blumenthal

Dans le 12e arrondissement, la candidate PS Michèle Blumenthal a sorti Bruno Masure pour contrer la candidature d’un autre dinosaure de la télé, Jean-Marie Cavada soutenu par l’UMP. Masure a animé mardi une réunion publique de la candidate socialiste. Problème: il présente en ce moment une émission politique sur la Chaîne parlementaire. Interrogé par le blog Muniparis, Bruno Masure se défend comme il peut, expliquant qu’il est tenu à «un minimum de droit de réserve». «Je peux mettre le petit doigt mais pas la main», conclut-il pour justifier son engagement discret.




Toulouse: Baudis n'est pas sur la photo
Jeudi soir, les listes des candidats pour les municipales devaient être déposées avant 18h. L'occasion de découvrir les derniers colistiers de Jean-Luc Moudenc. On attendait le soutien de Dominique Baudis, ancien patron du Capitole, qui finalement n'y figure pas, au grand dam du candidat UMP...



Jeudi 21 février, J-17

La France voit la vie en rose
Selon un sondage CSA/Dexia réalisé dans les communes de plus de 3.500 habitants pour Europe 1 et Le Parisien/Aujourd'hui en France, à paraître vendredi, les listes de gauche enregistrent 45% d'intentions de vote au premier tour des municipales, contre 39% pour celles de la majorité. Et les autres listes? Celles soutenues par le MoDem sont créditées de 8% d'intentions de vote, les «autres listes» 4% et celles soutenues par l'extrême-gauche ou le Front national 2% chacune.


Neuilly: Nicolas Sarkozy soutient son fils
«Il est courageux» et «je suis fier de lui». De qui parlait Nicolas Sarkozy en marge de sa visite sur l'ancien site de Metaleurop? De son fils, bien sûr, Jean Sarkozy.

Marseille
: Patrick Fiori soutient Gaudin mais oublie de le citer

On ne peut pas mélanger l’art et la politique. Le grand parolier Patrick Fiori a tourné une vidéo de soutien à la candidature de Jean-Claude Gaudin à Marseille, mais il ne parle pas du tout des municipales, et encore moins du candidat UMP. Non, le poète préfère nous parler de ses passe-temps coupables: «De temps en temps, je me laisse un petit peu aller à regarder les barques des pêcheurs entrer dans le port». C’est beau comme du Francis Lalanne.




Paris: le top 3 des blagues de Delanoë

Le problème des meetings politiques, c’est que bien souvent, on s’y ennuie. Heureusement, il y a les blagues politiques, celles qui servent à réveiller l’ardeur des militants. Le blog Muniparis, tenu par des étudiants de Sciences Po, recense les trois meilleures blagues de Bertrand Delanoë lors de son meeting au Gymnase Philippe Auguste mardi soir. Le maire de Paris n’oublie pas de rendre un vibrant hommage à la formule de Françoise de Panafieu, «quel tocard!».

Aussillon: le Powerpoint de campagne
Eric Lebouc, candidat à la mairie d’Aussillon dans le Tarn, invente le Powerpoint de campagne! Une innovation technique qui se situe pile entre le bon vieux tract papier et la plus moderne vidéo Dailymotion. Le problème, c’est que ça manque quand même un peu de dynamique...



Neuilly: Maman Sarkozy soutient le dissident UMP

La mère du président soutient le dissident de l'UMP à Neuilly. Andrée a assisté mercredi soir à une réunion publique d’Arnaud Teullé. Un soutien qui intervient le jour où le fils cadet du président, Jean Sarkozy, 21 ans, a annoncé sa candidature aux cantonales de Neuilly-Sud, «en plein accord avec Arnaud Teullé», qui a accepté de retirer la sienne dans ce canton.


Mercredi 20 février, J-18


Argenteuil: ça chauffe au PS
Le secrétariat national du PS menace la tête de liste du parti, Philippe Doucet, de lui retirer son soutien s'il ne respecte pas l'accord, signé en décembre, avec Faouzi Lamdaoui, candidat aux élections législatives de juin 2007, pour canaliser la rivalité entre les deux hommes. Selon Lamdaoui, la liste conduite par Doucet devait être établie «en concertation» avec lui et comprendrait quatre candidats proches de lui, parmi les 11 premiers de la liste. En cas de victoire, Lamdaoui serait le premier adjoint ou président de la communauté d'agglomération. Or, selon un communiqué des secrétaires nationaux Bruno Le Roux (élections), Kader Arif (fédérations), cosigné par Lamdaoui, Doucet «semble remettre en cause» cet accord, un «comportement suicidaire pour la gauche» et qui «ne peut être accepté».

Paris: Vos question à Denis Baupin
Le candidat des Verts à la mairie de Paris, répond à vos questions le jeudi 21 février à 15 heures. Cliquez ici pour tout lui demander...

Paris: la gauche bling-bling
«La soirée des talents de Paris pour Bertrand Delanoë, c'était la gauche bling-bling», a estimé mercredi Pierre-Yves Bournazel, porte-parole de campagne de Françoise de Panafieu. De son côté, le député UMP Jean-François Lamour, également porte-parole, a qualifié cette manifestation de «Paris de l'illusion»: «Je ne pense pas que ce soit cela le vrai Paris», a-t-il dit. Quant aux éventuelles alliances pour le second tour des municipales à Paris, Bournazel a déclaré: «C'est une auberge espagnole que M.Delanoë nous prépare».

Périgueux, où les candidats sont tirés au sort
Pour contrer Xavier Darcos, ministre de l’Education et maire sortant, des citoyens se sont constitués candidats par tirage au sort. «Notre idée du tirage au sort s'inspire d'une pratique de la démocratie directe dans l'Athènes de la Grèce antique. Nous sommes dans un principe où l'on favorise davantage les idées que les personnes», a expliqué son porte-parole, Thomas Gibertie, à l'AFP. La tête de liste, une femme, a elle aussi été désignée par le hasard, puisque c'est le premier nom à être sorti du chapeau.

Paris: Françoise de Panafieu veut que sa ville s’éclaire plus
Sur son site Internet, la candidate UMP s’extasie sur une image de la place de la Concorde éclairée la nuit: «A chaque fois que je regarde cette image, je comprends pourquoi des femmes et des hommes de tous pays font des milliers de kilomètres pour venir voir Paris. Mais j’aimerai que notre ville lumière s’éclaire encore plus». C’est beau mais cet accès de lyrisme contredit une de ses promesses de campagne: «Diminuer d’un tiers sur la prochaine mandature sa consommation énergétique: économies en matière de transports, d’éclairage, de chauffage». Heureusement, Françoise de Panafieu explique plus loin dans son texte qu’elle veut en fait que «Paris revienne sur le devant de la scène» en accueillant notamment l’Exposition Universelle de 2020. Ouf, on avait cru mal comprendre...

Une seule liste Front national en Bretagne?

Après le désastre des législatives, le Front national est au plus mal financièrement. En Bretagne, le parti d’extrême droite vient de renoncer à ses listes à Rennes et à Saint-Malo, a appris 20minutes.fr. «Pour être remboursé de sa campagne, il faut faire au moins 5% des votes. On ne peut pas prendre le risque de présenter une liste dans une ville de gauche comme Rennes», déplore Patrick Le Guillou, secrétaire départemental de la section Ille-et-Vilaine. D’après le Télégramme de Brest, il pourrait n’y avoir qu’une seule liste FN en Bretagne, à Lorient.

Les fans de Dailymotion ne peuvent, en tout cas, que déplorer le retrait de Nicolas Joly, le candidat frontiste à Rennes, âgé de 22 ans et qui en faisait 15!



Marseille: des Américains sur l’affiche de Gaudin
«Partagez la réussite de Marseille», dit l’affiche de campagne de Jean-Claude Gaudin, maire UMP de Marseille. Mais pas de chance, comme le révèle Marseille Hebdo, la mosaïque de photos qui entoure ce beau slogan ne représente pas des Marseillais mais des Américains (voir un extrait de ces photos sur la bannière du site de Gaudin). L'agence de pub reconnaît les faits et se défend: «Cela n'a pas d'importance qu'il s'agisse d'Américains. Nous, on ne se pose pas autant de questions: l'essentiel, c'est le message pas les gens». C’est vrai qu’aux municipales, les Marseillais, c’est finalement un problème secondaire...

Tahiti: le maire se présente depuis sa prison
Pire que les parachutés, les emprisonnés. Emile Vernaudon, mis en examen pour détournement de fonds publics, prise illégale d'intérêts, faux et usages de faux et vol, est placé en détention provisoire depuis le 5 décembre dernier. Il sera quand même candidat pour un nouveau mandat à la tête de la municipalité de Mahina à Tahiti. Il a légalement le droit de se présenter depuis sa cellule. Et puis, après tout, comme le déclare sa concubine, Heifara Izal à AP, «c'est le peuple qui le demande, c'est le peuple qui réclame sa candidature».

Paris: Delanoë accusé d’être un «misogyne»
On n’en a pas fini avec les coups bas à Paris. Dernière salve en date, celle de Christophe Lekieffre, tête de liste UMP dans le 2ème arrondissement, qui vient au secours de Françoise de Panafieu. Dans une interview au blog Muniparis, il y va franchement: «Je pense que le maire de Paris est misogyne». Avant d’en remettre une couche: «Je pense qu’il déteste les femmes. Alors, il va vous dire que son 1er adjoint est une femme. Mais je pense que c’est un homme qui accepte les femmes à partir du moment où elles sont en-dessous de lui. Qu’une femme puisse être candidate contre lui, à son niveau, à mon avis c’est insupportable pour lui».

Bordeaux: Juppé serait élu dès le premier tour
Ca s’annonce beaucoup mieux qu’aux dernières législatives pour l’ancien ministre de l’Ecologie. D’après un sondage TNS Sofres-Logica publié mercredi dans Le Figaro, la liste UMP d’Alain Juppé (UMP) serait élue par 55% des voix au premier des élections municipales, devançant de 19 points celle de son rival socialiste Alain Rousset (36%).

Neuilly: Jean Sarkozy candidat... aux cantonales
Après avoir commencé sa carrière publique par un assassinat politique, le fils cadet de Nicolas Sarkozy se lance vraiment en politique. D’après RTL, il se présenterait aux cantonales à Neuilly-Sud pour briguer un poste au Conseil général des Hauts-de-Seine.


Mardi 19 février, J-19

Contre la grève des élections dans la Nièvre
Le préfet de la Nièvre ne rigole pas. Lundi, une centaine de maires du haut nivernais et du Sud de l'Yonne avaient décidé de ne pas organiser les municipales pour dénoncer la fermeture au 31 mars de la maternité de Clamecy (Nièvre). Mardi, la réponse du haut fonctionnaire est tombée: les sanctions pourront aller «de la suspension à la révocation».

Marseille: chamaillerie pour un meeting
Pas cool. La mairie a refusé d'accorder au candidat socialiste aux municipales, Jean-Noël Guérini, la place en plein centre ville qu'il convoitait pour organiser un meeting en plein air, le 5 mars, a annoncé son directeur de campagne Patrick Mennucci, dans un communiqué. La mairie de Marseille a justifié sa décision par le fait que la demande est arrivée trop tardivement pour donner satisfaction à Jean-Noël Guérini. Ambiance.

Ribeauvillé: Allô, ça vous dirait d’être sur ma liste ?
Dans les petites communes, tous les moyens sont bons pour parvenir à constituer sa liste aux municipales. Fabien Becker, candidat socialiste à Ribeauvillé (Alsace), démarche les habitants de sa commune par téléphone, l’annuaire à la main: «Je suis en train de monter une liste aux municipales à Ribeauvillé. Est-ce qu’éventuellement ce genre d’idées pourrait vous intéresser?», dit-il dans ce reportage de France 3.



Strasbourg: Roland Ries a d'autres préoccupations
Le candidat PS à la mairie de Strasbourg a déjà un peu la tête ailleurs. Lors d’un débat sur France 3 Alsace contre la maire UMP Fabienne Keller, il a avoué avoir «d’autres préoccupations [...] au niveau national», ce qui a scandalisé son adversaire. Roland Ries, qui est par ailleurs sénateur, estime qu’il doit gagner Strasbourg, effectuer un mandat de transition et passer ensuite la main à la jeune génération. Intention louable, mais fallait-il l’avouer?



Bourg-en Bresse: décès du maire Jean-Michel Bertrand
Le Maire UMP de Bourg-en-Bresse (Ain) est décédé ce mardi matin à l’hôpital Saint-Louis à Paris des suites d’une longue maladie. Jean-Michel Bertrand, 64 ans, conseiller municipal depuis 1983, avait été élu maire en 2001 et avait annoncé en novembre qu’il ne se représentait pas pour un nouveau mandat en raison de ses ennuis de santé.

Solesmes
: François Fillon se représente

Peu de monde le sait: le Premier ministre est depuis 2001 conseiller municipal de Solesmes, un village de la Sarthe. Fidèle à sa discrétion légendaire, François Fillon a confirmé lundi en catimini qu’il se représentait sur la liste du maire sortant Roger Server... en sixième position! Difficile de la jouer plus modeste.

Lodève: la machine à serrer les mains
Jacques Chirac y a passé sa vie. Pierre Guiraud, candidat aux élections municipales de Lodève (Hérault), a préféré construire une machine pour ce grand classique de la politique, le serrage de mains. Une belle sculpture avec laquelle il espère battre son score de 13,7 % aux municipales de 1995 dans cette ville de 7500 habitants.



Paris: les oreilles sélectives de Cavada
C’était le buzz internet du week-end dernier: une vidéo montrant le journaliste Yvan Stefanovitch prendre le micro dans une réunion publique pour dénoncer avec virulence les subventions de l’équipe Delanoë à des associations juives. Jean-Marie Cavada avait le malheur de se trouver là; on lui a donc reproché de n’être pas intervenu pour modérer les propos du journaliste. Le candidat UMP dans le 12e se défend mardi dans une interview à Metro avec une mauvaise foi qui risque de ne pas apaiser la polémique. Il la joue élève dissipé au fond de la salle: «Je n’ai pas réagi car je n’ai pas entendu ce propos. J’étais en pleine conversation avec une candidate, Corinne Tapiro». Une explication qui peine à convaincre car, comme la vidéo le montre, il était à peine à deux mètres d’Yvan Stefanovitch...



Neuilly: cela aurait pu être Martinon, oui, oui
David Martinon est tombé à cause d’un sondage BVA donnant son adversaire divers droite Jean-Christophe Fromantin en tête. Or, selon Rue89, il existait une autre enquête confidentielle, d’OpinionWay cette fois, qui donnait le porte-parole de l’Elysée en tête avec 45% des intentions de vote. Pas forcément brillant dans un bastion UMP, mais pas aussi catastrophique que le fameux sondage BVA qui a provoqué la cabale d’Arnaud Teullé et Jean Sarkozy. Ce sondage serait resté bloqué à l’Elysée par le refus de Patrick Buisson, un conseiller du Président de le révéler à la presse. Quant à savoir comment le sondage BVA a fuité dans la presse...


Lundi 18 février, J-20

Neuilly: Quand Jean Sarkozy critique l'ingérence de papa
Lors d'une réunion à Neuilly devant des militants UMP, le 10 février, Jean Sarkozy, encore collistier de David Martinon s'est expliqué sur les raisons de son lâchage du candidat parachuté par son père. «Envisager une seule fois qu'il était possible qu'on perde Neuilly? Mais ça me rendait malade. Alors qu'est ce qu'on faisait? On continuait comme ça, on allait se jouer du violon longtemps? Ce n'est pas du lynchage, c'est une éthique de responsabilité.» Avec une gestuelle et un phrasé qui n'est pas sans rappeler le président de la République. «Le même en grand», aurait pu dire Cécilia.

JEAN SARKOZY
envoyé par CHBOIS


Paris: Baupin attaque Delanoë sur son refus de débattre
C’est toujours aussi tendu entre le Parti socialiste et les Verts à Paris. Denis Baupin, chef de file des Verts, a jugé lundi «dommageable pour la démocratie» le refus de Bertrand Delanoë de débattre jeudi avec son adversaire UMP Françoise de Panafieu et lui-même. Le maire de Paris avait fait savoir qu'il ne participerait pas à ce débat prévu sur RTL entre les trois principaux candidats. «Je pense surtout que Bertrand Delanoë ne veut pas confronter ses arguments avec ceux des autres, ne veut pas s'expliquer sur des déclarations qu'il a pu faire sur le second tour, sur la question des alliances avec le MoDem», a jugé le candidat Verts, au micro de l'AFP. Sympa l’ambiance au conseil de Paris...

Toulouse: Pierre Cohen l'emporterait au second tour
Le député PS Pierre Cohen l'emporterait au second tour des élections municipales (51%) sur le maire sortant de Toulouse, Jean-Luc Moudenc (centriste apparenté UMP) (49%), selon un sondage de IPSOS-DELL réalisé pour SFR et 20 Minutes.

Paris: la très chiraquienne Line Renaud soutient Delanoë
Les mauvaises nouvelles s’accumulent pour Françoise de Panafieu. Line Renaud, qui a toujours soutenu Jacques Chirac, a cosigné un appel en faveur de Bertrand Delanoë. A côté de ce nom retentissant, on trouve sur le manifeste des «Talents de Paris» la signature de 200 autres personnalités dont l’engagement pour le maire socialiste est moins surprenant: le footballeur Vikash Dhorasoo, le chanteur Benabar, la romancière Mazarine Pingeot et les comédiens Pierre Arditi, Jeanne Moreau ou Lambert Wilson. Delanoë, une candidature très people...

Paris: deuxième candidature dissidente de droite dans le 16e
Ca commence à sentir le roussi pour l’UMP parisien. Après les critiques contre le parachutage de Rachida Dati dans le 7e, après la guéguerre François Lellouche-François Le Bel dans le 8e, c’est au tour du 16e arrondissement de prendre des allures de Neuilly. Claude Fain, exclu de l’UMP pour s’être présenté sans investiture aux législatives de 2007, a annoncé samedi sa candidature aux municipales contre le candidat UMP, Claude Goasguen. David Alphand, un délégué de circonscription de l’UMP, avait déjà annoncé la constitution d’une liste la semaine dernière.

Paris: Depardieu roule pour les Verts
Jacques Boutault, le maire Vert du 2e arrondissement de Paris, est «un ami» et tout logiquement, Gérard Depardieu le soutient. Dans une vidéo filmée par l'équipe du candidat, l'acteur en profite pour évoquer avec classe «la merdasse politique qui nous environne». Et -clin d'oeil à l'affaire des «fumettes»?-, Depardieu porte à la bouche dans cette séquence un Objet Fumant Non Identifiable...




Sophie Favier, nouvelle star de Neuilly
Après le retrait de David Martinon et la discrétion retrouvée de Jean Sarkozy, ça commençait à manquer de stars dans la tragi-comédie de Neuilly. Heureusement, Sophie Favier vient mettre un peu de glamour dans cette campagne sanglante. L’animatrice-chanteuse-actrice se présente sur la liste de Bernard Lapidi soutenue par le CNI (Centre national des indépendants et paysans) et Génération Ecologie, révèle ce matin «Le Parisien». Evidemment, cette autre liste de droite n’a aucune chance de prendre la mairie, mais Lapidi veut y croire, révélant sur son site web une nouvelle enquête d’opinion: «un sondage réalisé par mon équipe de télémarketing auprès de 346 personnes révèle que 31% des personnes interrogées voteront pour moi. A bon entendeur salut».

Levallois-Perret: visite musclée pour Ségolène Royal
Malheur à celui qui s’aventure sur les terres du clan Balkany. La visite de soutien de Ségolène Royal au candidat socialiste local a secoué le marché dominical dans la ville des Hauts-de-Seine. Alors qu’une vieille dame tombe à terre en pleine cohue, les insultes fusent des deux côtés: «Ségolène, la sortie», «Balkany à Neuilly, Balkany en prison», peut-on entendre dans ce beau moment de démocratie. La caméra du «Parisien» a suivi la bousculade et recueilli quelques jolies phrases. Patrick Balkany: «Un dimanche tranquille à Levallois-Perret». Ou cette passante, visiblement UMP: «[Ségolène], c’est Bernadette Soubirous. C’est le 150e anniversaire de l’apparition!»

Royal - Balkany : Hystérie sur le marché de Levallois-Perret - kewego
Royal - Balkany : Hystérie sur le marché de Levallois-Perret - kewego

Le feuilleton de Neuilly et la polémique Cavada, c'est dans le journal des municipales de la semaine dernière...