Alain Juppé joue la carte décontractée

MUNICIPALES Il se veut l'homme des quartiers, thématique de sa campagne...

Orianne Dupont

— 

La liste du maire sortant de Bordeaux Alain Juppé (UMP) serait élue par 52% au premier tour des élections municipales en devançant celle de son rival socialiste Alain Rousset de quinze points, selon un sondage Ifop/Fiducial à paraître jeudi dans l'hebdommadaire Paris Match.
La liste du maire sortant de Bordeaux Alain Juppé (UMP) serait élue par 52% au premier tour des élections municipales en devançant celle de son rival socialiste Alain Rousset de quinze points, selon un sondage Ifop/Fiducial à paraître jeudi dans l'hebdommadaire Paris Match. — Jean-Pierre Muller AFP

Il se veut l'homme des quartiers, thématique de sa campagne. « Il faut aller au-devant des gens », explique Alain Juppé. Depuis quelques semaines - « pas seulement », estime-t-il - le maire sortant est « en permanence sur le trottoir, en tout bien tout honneur », n'hésite-t-il pas à plaisanter devant un parterre de chefs d'entreprise à la chambre de commerce et d'industrie. A pied ou à vélo, on le croise dans tous les quartiers et à toutes les occasions. Sur le marché bio des Chartrons, par exemple, cabas à la main où il goûte du fromage ou achète des légumes avec sa femme au milieu de journalistes, donnant l'impression qu'il ne les voit même pas. « Mes rapports avec les médias ne sont pas toujours faciles [...], je suis un homme qui attache plus d'importance au fond des choses qu'à la communication. » Pourtant, sur le terrain, rien ne semble laissé au hasard. Surtout pas son image de Bordelais comme les autres. Il n'oublie jamais non plus de mettre son bilan en avant.

Il apparaît une cravate autour du cou aux voeux d'une association de commerçants et sans, dans la soirée, au café Chez Auguste, pour rencontrer les Bordelais. A l'aise face à tous ses interlocuteurs, il n'hésite pas à être franc : « Pourquoi la ville est-elle sale ? On salit trop. Il faut apprendre à ne pas jeter les mégots et les cannettes par terre ! » Et en général, « il n'y a pas de rebuffades ».

Le candidat UMP-MoDem se montre détendu, mais admet que cette campagne revêt une dimension particulière pour lui. Alain Juppé a en effet perdu son poste de député en juin dernier, ce qui lui a coûté sa fonction de ministre de l'Ecologie et lui a du coup imposé de devenir « maire à plein-temps ». « Il y a du stress car c'est pour moi une étape importante. Selon le résultat, ma vie va changer. » Mais il n'est pas homme à se laisser aller et se reprend vite quand on lui parle d'une éventuelle défaite face à son adversaire socialiste Alain Rousset : « Je préfère envisager la victoire. »