Même à droite, le dogme de la dette zéro ne fait plus recette

B. C. - ©2008 20 minutes

— 

Baudis s'en était fait le chantre. Aujourd'hui, le dogme de la dette zéro, longtemps mis en avant par la municipalité de droite, semble fragilisé. Pour la première fois, Jean-Luc Moudenc n'exclut plus d'avoir recours à l'emprunt, même s'il précise qu'il le fera « uniquement si cela s'avère nécessaire ». Il faut dire que l'ancien maire de Toulouse rappelle régulièrement à son successeur centriste la nécessité de maintenir la dette zéro.

Mais pour le challenger PS, Pierre Cohen, la ville de Toulouse est déjà endettée à travers la communauté d'agglomération et le syndicat mixte des transports en commun. Lui s'affranchit sans regret du dogme sur la dette zéro. « S'il faut assurer des investissements qui dépassent le court terme, alors cela pourra passer par l'emprunt », assure-t-il. En attendant, un point les rassemble : pas d'augmentation des impôts.