Les candidats se tannent sur les prix des transports

MUNICIPALES A NANTES Faut-il revoir les tarifs des tramway, bus et busway nantais ? Le débat fait rage dans cette campagne municipale...

F. Brenon.

— 

Jean-Marc Ayrault, élu au premier tour depuis 1989 à la mairie de Nantes, sera-t-il pour la première fois contraint à un second tour? La question anime la campagne dans la 6e ville de France où la droite part unie et le MoDem affirme son ambition.
Jean-Marc Ayrault, élu au premier tour depuis 1989 à la mairie de Nantes, sera-t-il pour la première fois contraint à un second tour? La question anime la campagne dans la 6e ville de France où la droite part unie et le MoDem affirme son ambition. — Frank Perry AFP/Archives

Faut-il revoir les tarifs des tramway, bus et busway nantais ? Le débat fait rage dans cette campagne municipale. Les candidats ont leur réponse.

- Gratuité pour Blineau, Fourage, Defrance ou Bréus L'idée est défendue par le MoDem et suscite le soutien des listes d'extrême gauche. «Le seul moyen d'inciter les gens à ne plus prendre leur voiture, c'est de rendre les transports publics gratuits, assure Benoît Blineau. Cela permettra à la ville de mieux respirer et aux familles d'augmenter leur pouvoir d'achat». Pour combler le manque à gagner, le candidat centriste propose une augmentation de la publicité et une autre gestion du budget communautaire. «Nantes a toujours eu une longueur d'avance en matière de transport, il faut que ça continue», explique-t-il.

- Baisse pour Jozan Si la candidate UMP juge la gratuité « irréaliste » ne serait-ce que pour continuer à « pouvoir entretenir les infrastructures », elle prône une baisse progressive des tarifs tickets et abonnements : « moins 30% en six ans avec l'objectif d'atteindre un prix de 0,80 ? sur un ticket unitaire. » Malgré des recettes en baisse, Sophie Jozan continuerait d'investir en misant, dès que possible, sur une ligne de busway (moins cher) plutôt que de tramway.

- Stabilité pour Ayrault La gratuité ? Une «mesure démagogique » pour le maire socialiste : «un an de gratuité, c'est 12 km de tramway en moins.» Jean-Marc Ayrault, qui a fait voter deux hausses de tarifs ces deux dernières années, privilégie «l'amélioration du réseau, la création de nouvelles lignes de tram, sans toucher aux impôts des Nantais».