Forget veut sa révolution orange

Béatrice Colin - ©2008 20 minutes

— 

« Ni notables, ni people. » La tête de liste du MoDem pour les municipales, Jean-Luc Forget, a mis ses principes en pratique hier, lors de la présentation de ses soixante-huit colistiers. Conseillère pédagogique, étudiant ou encore technicien agricole, les membres de cette liste représentent « la diversité socioculturelle et géographique de Toulouse, sans clientélisme. Ce sont des citoyens qui ont voulu réinvestir le politique et représentent bien la ville, pas des têtes d'affiche », a assuré leur leader, qui espère bien occuper l'espace entre la droite et la gauche.

Fort des 19,21 % obtenus par Bayrou lors du 1er tour de la présidentielle, le candidat du Mouvement démocrate espère bien faire plus que les 5 % dont l'accrédite le sondage publié par La Dépêche du Midi vendredi dernier. « On ne fait pas l'élection avant que les électeurs se soient prononcés », avance-t-il, reconnaissant qu'il souffre d'un déficit de notoriété, mais comptant bien être au second tour. Quant au ralliement de l'ancienne présidente du MoDem, Elisabeth Husson-Barnier à Jean-Luc Moudenc ou la candidature en solo d'André Gallego, ex-candidat aux législatives de son parti, il les qualifie de « défections individuelles ».