Saint-Jean attend de faire sa mue

S. d'Ambra - ©2008 20 minutes

— 

Un quartier en devenir... qui ne voit rien venir. C'est en substance le sentiment de Jacques Respaud, conseiller général PS du canton de Saint-Jean, Belcier, Carles-Vernet et Nansouty. Pour lui, « les habitants ont l'impression d'hériter de tout ce dont on ne veut pas ailleurs ». Beaucoup évoquent les désagréments liés à la prostitution et la délinquance autour des boîtes de nuit de Paludate. « Et maintenant, on nous ajoute une halte de jour pour les SDF et une déchetterie ! », s'est emporté un riverain, lors du dernier conseil de quartier.

Des caméras de vidéosurveillance viennent d'être installées et des bornes vont limiter le stationnement anarchique des night-clubbers. Si les élus de l'actuelle majorité (UMP) reconnaissent qu'« il reste encore beaucoup de choses à faire », ils se veulent rassurants. « Dans quelques années, ce sera un quartier méconnaissable », promet Alain Moga (UMP), adjoint chargé des quartiers. La mutation en cours devrait être terminée pour l'arrivée de la ligne à grande vitesse. « Sur les friches actuelles de l'îlot Armagnac, nous allons construire des logements, des commerces, une médiathèque, un gymnase et un hôtel pour le personnel de la SNCF », souligne l'élu. Jacques Respaud regrette cependant que ces projets ne fassent pas plus de place à la création de lieux de vie, comme une piscine. Il est vrai qu'à long terme, cela pourrait devenir un quartier d'affaires, comme ceux qui existent autour des gares de Lille et Marseille. Alain Juppé rêve déjà de le baptiser « Euratlantique ».