Résoudre le clivage entre Charpennes et Tonkin

MUNICIPALES Les enjeux à Villeurbanne...

D. D.

— 

L'immeuble au rond-point des Charpennes se distingue par une fresque. Il marque la frontière entre deux zones distinctes - Charpennes et Tonkin - d'un même quartier de 25 000 Villeurbannais. D'un côté, les immeubles récents ont poussé. « C'est vrai que nous sommes privilégiés ici », note Richard Bourg, président du conseil de quartier. De l'autre, au Tonkin, les bâtiments sont plus vétustes. « On a du mal à créer du lien social entre les habitants des deux quartiers », raconte Richard Bourg. Tandis que les uns s'inquiètent de la « bétonisation galopante » de Villeurbanne, les autres attendent des candidats des propositions pour l'emploi, et une réhabilitation de leur habitat. Pour Jean-Paul Bret (PS), la construction sur dalle du Tonkin en cours de réaménagement n'est pas idéale. « Mais on ne peut pas tout raser », déclare-t-il, tandis qu'Henry Chabert (UMP) souhaite y ajouter de la verdure.