Les Autolib' pourraient aussi être installés en banlieue

M. G. - ©2008 20 minutes

— 

Bertrand Delanoë voit son projet Autolib' comme une « petite révolution », et voudrait bien convaincre la banlieue. Selon lui, « la qualité du dispositif viendra de la qualité de l'emplacement des stations » et il voudrait « dès le départ les installer en collaboration avec les communes limitrophes ». « Il faut nous concerter, mais si je sens que ça va prendre quatre ans de retard à cause d'un excès de conservatisme des autres villes de l'agglomération, on commencera à Paris. » Il compte aussi « prendre en charge les frais d'investissement des stations, pour plusieurs dizaines de millions d'euros ».

Il souhaite mettre en concurrence les constructeurs pour obtenir la meilleure offre, et espère bien faire monter les enchères. « Les entreprises se sont battues pour obtenir le marché Vélib', ce sera pareil pour Autolib', car ce sera une vitrine internationale. » Il rappelle qu'il voudrait 2 000 voitures en libre-service, mais que ce chiffre pourrait être revu à la hausse. « Au départ, pour Vélib', on demandait 7 000 vélos et un euro symbolique de redevance. On en a obtenu 20 000 et 30 millions de redevance. »