Jean-Luc Moudenc met ses projets en scène

MUNICIPALES Jean-Luc Moudenc a lancé sa campagne...

H. M. et B. C.

— 

 1ère circonscription de Haute-Garonne
Le maire UMP de Toulouse Jean-Luc Moudenc a perdu face à la candidate socialiste Catherine Lemorton. Dans l'ancienne circonscription de Douste-Blazy, il n'a su convaincre que 45,45% des électeurs.
1ère circonscription de Haute-Garonne Le maire UMP de Toulouse Jean-Luc Moudenc a perdu face à la candidate socialiste Catherine Lemorton. Dans l'ancienne circonscription de Douste-Blazy, il n'a su convaincre que 45,45% des électeurs. — BORDAS / SIPA

Aux platines, DJ Laurent Wolf, en chauffeur de salle Philippe Corti, et pour les plus enthousiastes, des bâtons fluo à disposition. Devant des rangées de supporters, parmi lesquels Guy Novès et Clément Poitrenaud, Jean-Luc Moudenc s'est lancé hier dans la campagne des municipales au cours d'une réunion publique à la salle Jean-Mermoz. Affichant sa volonté de trancher avec le style plan-plan des meetings, le maire sortant a exposé aux 1.500 personnes présentes ses grandes priorités. Précédé par un message préenregistré de Dominique Baudis, dont la fille Florence était présente, il a développé ses premiers thèmes de campagne.

Premier axe, favoriser le logement pour tous en élargissement par exemple «les conditions d'accès à l'emprunt à taux zéro de la ville et ainsi augmenter le nombre de bénéficiaires.» Dans les quartiers sensibles, «je développerai un nouveau Grand projet de ville humain, social et d'accompagnement des personnes et des familles», a insisté le candidat centriste, investi par l'UMP. Sur la question de l'habitation, il souhaite «rénover et relouer les 2 000 logements vacants». Dans l'assistance, une grande partie du conseil municipal était là pour soutenir son champion et ses idées, espérant bien figurer parmi les soixante-neuf noms qui seront annoncés durant la dernière semaine de janvier. Relier les berges de la Garonne ou inscrire Toulouse dans le top 20 des métropoles européennes, il a égrené une partie de ses projets. « Mon parti, c'est Toulouse et Toulouse, c'est la diversité. Parce que je suis un homme libre je vous garantis la diversité », a-t-il conclu.