Valenciennes, ville de gouvernement

MUNICIPALES Un ministre, une secrétaire d'Etat, un maire, trois possibilités...

Olivier Aballain

— 

La Haute autorité provisoire sur les OGM a "relevé un certain nombre de faits scientifiques nouveaux négatifs impactant notamment la flore et la faune" dans son avis sur le maïs OGM MON 810, a indiqué mercredi son président, le sénateur Jean-François Le Grand.
La Haute autorité provisoire sur les OGM a "relevé un certain nombre de faits scientifiques nouveaux négatifs impactant notamment la flore et la faune" dans son avis sur le maïs OGM MON 810, a indiqué mercredi son président, le sénateur Jean-François Le Grand. — Patrick Hertzog AFP/Archives

Un ministre, une secrétaire d'Etat, un maire, trois possibilités. Dominique Riquet, le maire sortant (UMP) de Valenciennes, lançait hier sa campagne en vue des municipales. Avec une liste qui pourrait faire de son conseil municipal le seul de France à compter deux membres du gouvernement : Jean-Louis Borloo (UMP) et Valérie Létard (NC).

«Cela aide à promouvoir les dossiers de la ville auprès de l'Etat, reconnaît Dominique Riquet. Mais je suis clair, le patron c'est moi.» D'ailleurs, pour la première fois depuis 1989 le ministre d'Etat Jean-Louis Borloo ne figurera pas en tête de liste, mais seulement «dans la première moitié». «On ne peut pas lui demander de s'investir autant qu'il le faisait avant », acte Dominique Riquet. En revanche, la secrétaire d'Etat (NC) à la Solidarité, Valérie Létard, se taille la part du lion avec un poste de première adjointe en cas d'élection. Une forme d'intronisation pour celle qui était un temps attendue à Lille. «Je suis née à Valenciennes, mes enfants sont à Valenciennes, je serai toujours Valen­ciennoise», assure l'intéressée. «Valérie porte des compétences qui seront précieuses pour la ville, en matière sociale notamment, estime Dominique Riquet. En sept ans, Valenciennes a décollé et créé 3 500 emplois intra-muros, mais il faut que ce progrès profite à tout le monde.» Cela irait-il jusqu'à passer le témoin à Valérie Létard à mi-mandat, comme le prétend la rumeur? «Je ne sortirai pas par une porte dérobée», affirme Domi­nique Riquet, 61 ans.