Les grands axes du programme de Pierre Cohen

MUNICIPALES Le candidat socialiste au Capitole dévoilait lundi...

H. M.

— 

Pierre Cohen, candidat socialiste au Capitole, a dévoilé lundi les grands axes de son projet de campagne. Son ambition est de «rassembler et d'apaiser» une ville «fragmentée» où, dit-il, «la droite a laissé faire le marché». Florilège de ce qui pourrait changer à Toulouse si sa liste arrivait aux manettes.

>> Pour retrouver l’ensemble de liste Cohen, cliquez ici...

- Transports
Le thème serait érigé «en grande cause municipale». La liste propose un ticket gratuit dans les transports publics pour les moins de 26 ans et réfléchit à terme à une gratuité totale. Côté infrastructures, l'idée est lancée d'un tramway circulaire sur les boulevards autour d'un centre-ville progressivement piétonnisé.

>> Retrouvez l’intégralité du projet en cliquant ici

- Eau Le challenger veut renégocier le prix de l'eau pour, à terme, municipaliser ce service et éventuellement étendre l'opération aux parkings et au traitement des déchets.

- Discriminations Il y aurait un observatoire des discriminations et une maison des homosexualités.

- Sécurité
Cette politique serait fondée sur «la proximité et le dialogue». Elle passerait par une amélioration de l'éclairage public et la création d'un «office de la tranquillité», joignable 24h sur 24, pour aider les habitants en lien avec la police municipale.

- Grands projets On y retrouve la création d'une Cité internationale de la jeunesse à la Cité administrative, celle d'une Semaine internationale de l'innovation (sociale comme technologique) ou encore un grand «Projet Garonne», à la fois architectural et culturel, des Abattoirs à une Ile du Ramier transformée en «Central Park».

Méthode

Ces propositions ont été discutées avec les partenaires Verts, PC et PRG de la liste. Elles ne sont pour l'instant ni définitives, ni chiffrées. Car Pierre Cohen, qui souhaite mener campagne dans «le dialogue et la pédagogie», organise des débats publics dans tous les cantons de Toulouse au cours des trois semaines à venir. Ce n'est qu'à l'issue de ce processus que le programme sera inscrit dans le marbre et dévoilé officiellement le 8 février. Pierre Cohen assure d'ores et déjà qu'il n'a «pas de position dogmatique sur la dette zéro». «En termes de transport notamment, s'il faut assurer des investissements qui dépassent le court terme, alors cela pourra passer par l'emprunt», assure-t-il.