Le téléphone sonne à Lille... Aubry fait l'union moins les Verts... Lienemann appelle à la rescousse face à Marine Le Pen

JOURNAL DES MUNICIPALES J-51 Le buzz et tout ce qu'il faut savoir de la campagne...

20minutes.fr

— 

Le journal des municipales, c'est tous les jours sur www.20minutes.fr
Le journal des municipales, c'est tous les jours sur www.20minutes.fr — 20 Minutes
Dans deux mois, plus de 36.000 communes françaises sont invitées à renouveler leur maire. Le buzz de la campagne et tout ce qu'il faut savoir - l'incontournable comme le plus anecdotique - c'est tous les jours dans le «Journal des municipales» sur www.20minutes.fr.


Dimanche 20 janvier, J-51
La visite de France Inter à Lille mercredi, pour l’émission “Le Téléphone sonne”, n’a pas attiré que des auditeurs. Nord Eclair relatait ce dimanche matin l’appel téléphonique très élogieux d’un intervenant prénommé “Hervé”, concernant un candidat «social démocrate» à Lille, Etienne Forest. Comme d’autres, le journal a cru reconnaître la voix... d’Etienne Forest himself, faisant sa propre hagiographie. Pas loin: c’était son frère jumeau, Hervé Forest, comme l’a avoué sans fard le candidat à 20minutes. «On sait que ces émissions sont noyautées à 60 ou 70 % par des militants, alors je ne voulais pas rater l’occasion», a expliqué Etienne Forest. Lequel précise même avoir prévenu l’animateur, Alain Bédouet, qu’un sympathisant allait appeler, sans choquer personne. Des voix de militants UMP ont d’ailleurs également été entendues ce soir-là.
Mercredi prochain, l’émission sera à Marseille. Militants et/ou auditeurs peuvent appeler au 01.45.24.70.00 dès 17h pour intervenir.

OA

Samedi 19 janvier, J-50

Martine Aubry
fait l'union de la gauche... sans les Verts. La maire PS de Lille a présenté samedi sa liste pour les élections municipales, qui rassemble essentiellement des socialistes mais aussi des membres du PC, du MRC, du PRG et quelques «personnalités». Mais pas les Verts qui, comme en 2001, font une liste à part, dans l'objectif de dépasser les 10%. Pour en lire plus, cliquez ici.

Non-loin de la métropole nordiste, Hénin-Beaumont vit un épisode pas si banal de désistement politique. Dans la cité du Pas-de-Cals qu'ambitionne Marine Le Pen, la députée PS Marie-Noëlle Lienemann appelle à la rescousse. Après avoir réalisé l'union de la gauche, celle qui était investie comme tête de liste a demandé le maire divers gauche de la ville de mener son équipe. Elle rétrogaderait alors en deuxième position. Pour en lire plus, cliquez ici.

Vendredi 18 janvier, J-51

Il ne court plus. L'ancien ministre et athlète Guy Drut (UMP), maire de Coulommiers (Seine-et-Marne) depuis 1992, ne sera pas candidat à sa succession aux prochaines élections municipales, a indiqué son dauphin Franck Riester (UMP). Ce dernier, âgé de 34 ans, tentera de lui succéder, après avoir été élu en 2007 député de la circonscription que Guy Drut détenait depuis 1986.

Lee candidat vert à la mairie de Paris, Denis Baupin, veut mettre fin à la polémique naissante sur les logements sociaux. Il demande les «mêmes règles pour tous» pour l'attribution des logements par la Ville, proposant que chaque élu fasse une «déclaration de logement» en fin et en début de mandat.

Le navigateur et ancien député européen RPR Gérard d'Aboville conduira la liste dissidente à droite présentée et soutenue par le maire du XVe arrondissement, René Galy-Dejean (ex-UMP). Celui-ci, qui avait été battu dans l'arrondissement par l'ancien ministre UMP Jean-François Lamour aux législatives de juin, ne sera pas en position éligible. Mais face à la liste UMP menée par Philippe Goujon, ils risquent de ramer.

Comment critiquer quelqu'un qui est de la même famille politique, mais qui a pris un chemin différente? Réponse avec Razzy Hammadi, candidat PS à Orly: «Nous savons que derrière le plan Banlieue de Fadela Amara, ne se cache qu’un énorme trou d’air, une énième mesure de saupoudrage, qui ne résoudra en rien le malaise profond que traversent ces territoires.»

Catherine Vautrin se rappelle qu'elle a fait carrière dans le marketing. Résultat, la candidate dissidente UMP à Reims vient d'interroger les habitants de la ville. Comme on n'est jamais mieux servi que par soi-même, elle décrypte elle-même les résultats.

Le Front national se lance dans l’élection municipale à Lyon avec une tête de liste surprise. André Morin, un chirurgien en retraite de 72 ans, a été officiellement investi par le FN pour mener la bataille face à Gérard Collomb (PS) et Dominique Perben (UMP). Christophe Boudot, le nouveau patron de la fédération du Rhône du FN, pressenti pour diriger la liste «Lyon fait front» a finalement renoncé «pour des raisons personnelles et professionnelles». «Le professeur Morin a toute notre confiance», a indiqué Christophe Boudot vendredi, en présentant avec Bruno Gollnisch, le nouveau poulain du FN à la presse. Au FN depuis 1994, ce militant du 8e arrondissement s’était présenté aux dernières législatives à Lyon et avait obtenu 4,07 % des voix dans la première circonscription. C’est aujourd’hui semble t-il le poids du Front national à Lyon. Selon un sondage CSA pour le Parisien paru vendredi, le FN est crédité de 4 % d’intentions de vote au premier tour, contre 6,95 % en 2001.

Ce n'est donc pas la peine de parler pouvoir d'achat, laïcité, ou mariage présidentiel. Les prochaines élections municipales sont un enjeu local pour 73% des Français, selon l'enquête d'opinionWay pour «LCI» et «le Figaro», très irrévérencieux: «En voulant politiser les élections municipales, le président de la République Nicolas Sarkozy et le Premier ministre François Fillon font fausse route».

Quand les sondages sont n baisse, rien ne va pour le couple de l'exécutif. Nicolas Sarkozy et François Fillon ne sont d'ailleurs pas vraiment demandés par les candidats UMP. «Sarkozy est un miracle pour ce pays. Mais on fait plus sur notre nom aux municipales qu’aux législatives!», explique le député-maire d'Elancourt Jean-Michel Fourgous, dans «Libération». Sic transit gloria mundi.

Cela n'a pas grand'chose à voir avec la campagne, mais l'idée de Jacques Chirac affamé sur un banc, une simple bouteille d'eau à la main prête un peu à sourire. Le député béarnais Jean Lassalle raconte dans un livre à paraître que l'ancien président de la République, grand amateur de tête de veau et de Corona, lui avait confié qu'il avait envisagé de mener lui-même une grève de la faim. On aurait aimé voir.

Oui, comme raconté dans le journal des municipales de jeudi, Nicolas Sarkozy a bien déjeuné avec Françoise de Panafieu. La preuve en image. C'est sûr, ces deux-là s'aiment.

Le maire de Castres a de l'humour. Pascal Bugis a mis en ligne sur son site son propre bêtisier de campagne. «Là, je me transforme en Croustibat. Mister Freeze, c'est moi», un beau slogan de campagne.
Bétisier Pascal Bugis Castres www.pascalbugis.fr - Ma-Tvideo France3
Bétisier Pascal Bugis Castres www.pascalbugis.fr - Ma-Tvideo France3
Bétisier Pascal Bugis Castres www.pascalbugis.fr - Ma-Tvideo France3
Bétisier des tournages vidéo de Pascal Bugis candidat à la Mairie de Castres

http://www.pascalbugis.fr

Jeudi 17 janvier, J-52


L'ancien ministre de l'Economie et ex-maire de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) Jean-Pierre Fourcade, 78 ans, a annoncé son intention de se présenter aux prochaines municipales, afin de contrer le candidat investi par l'UMP Pierre-Christophe Baguet. Ca s'annonce tendu à l'ouest de Paris.

Pas une journée sans jeu de chaise musicale. Le maire centriste de Toulouse Jean-Luc Moudenc, apparenté UMP, a présenté à la presse deux élus municipaux du PS qui ont rejoint sa liste. Il s'agit de l'ancienne députée PS de Haute-Garonne, Yvette Benhayoun-Nakache, et de Robert Gely. Présents aux côtés du maire, les deux nouveaux membres de la liste de Jean-Luc Moudenc ont indiqué avoir envoyé mercredi leur lettre de démission au PS.

Ça balance pas mal à Paris. Selon Françoise de Panafieu, la maire PS du 12e, Michèle Blumenthal, ainsi que son premier adjoint, bénéficierait d’un appartement de la ville. La candidate UMP s’exprimait sur France Inter. L’équipe de campagne de Bertrand Delanoë a fait valoir que Michèle Blumenthal habitait un appartement de l'Opac (office HLM de Paris) à loyer libre. Michèle Blumenthal organise un point de presse à son domicile vendredi.

Le rendez-vous était pris depuis quinze jours, assure-t-on à l'UMP. Nicolas Sarkozy et Françoise de Panafieu, accompagnés de Jean-Marie Cavada et de Christine Albanel, les numéros un et deux de la liste UMP du 12è arrondissement, ont déjeuné ensemble, hier au Trou gascon, dans le 12è. Un déjeuner symbolique, puisque depuis quelques jours, des informations circulent sur le «coup de sang» qu'aurait eu Françoise de Panafieu, après des déclarations du Président de la République («Monsieur le maire de Paris, rien ne se fera sans vous dans le chantier du Grand Paris»).
Pierre-Yves Bournazel, porte-parole de la candidate, affirme que le déjeuner d'hier s'est passé dans une ambiance «conviviale» et que l'on y a parlé du projet pour Paris. Un projet qui passe par la candidature de Paris à l'Expo universelle de 2020. Pour cela Françoise de Panafieu va très bientôt rencontrer le maire de Charenton-le-Pont (Val-de-Marne), ville susceptible d'accueillir, avec le 12è arrondissement, une grande partie de l'Exposition si le projet aboutissait.

Raccrochera, raccrochera pas ? Le maire (MRC) du 11e, Georges Sarre, n'en finit pas de torturer la gauche parisienne. Patrick Bloche, le candidat PS dans l'arrondissement, déclare jeudi que l'édile de 72 ans acceptait finalement de ne pas se représenter pour lui laisser la place. «Il accepte que je conduise la liste (de gauche) dans le 11e», rapportait Patrick Bloche dans la matinée. Mais c'était sans compter la tenacité de Georges Sarre, qui n'envisage pas de passer la main aussi facilement. Dans un commniqué, il estime la déclaration de son adversaire «surprenante». «Patrick Bloche va vite en besogne et risque dès lors d'être contredit par la réalité », menace le maire du 11e, qui
parle de présenter des candidats dans 7 ou 8 arrondissements parisiens.

Deux élus Verts de Bayonne, Martine Bisauta et Bernard Causse, sont considérés comme «exclus de facto» de leur formation politique après leur ralliement pour les municipales à… la liste du maire UMP Jean Grenet. Ils disent avoir reçu la promesse d'avoir «les moyens d'agir».

Autre exclusion de parti: Rodolphe Alexandre, premier adjoint au maire de Cayenne et président de la Communauté de Communes du Centre Littoral (CCCL) a été exclu du Parti Socialiste Guyanais (PSG). Sa faute: avoir annoncé sa candidature à la mairie de Cayenne par un communiqué à la presse en dépit de la ratification de la stratégie électorale du parti. Lequel avait décidé d'investir pour les municipales le maire sortant, Jean-Claude Lafontaine, élu depuis 1995.

Guy Birenbaum a chopé une «migraine ophtalmique avec scotome scintillant» en regardant le clip de campagne de Bertrand Delanoë. Et vous?

Connaissez-vous bien votre Françoise de Panafieu? Les «jeunes avec Delanoë» proposent un quiz sur la candidate UMP à Paris. Nous, on a fait un sans faute. Petite astuce: il faut toujours répondre de la façon la moins flatteuse pour elle…

Les UMP d'Ile-de-France auraient besoin de faire un tour chez l'ophtalmo. Sur la lettre d'info du groupe de la région Ile-de-France, un article dénonce un projet de Denis Baupin, l'adjoint au maire vert de Paris. Pour illustrer leur critique, ils publient une photo du périphérique. Problème: de près, on y voit une voiture à contre-sens. D'où l'aveu du fautif au site «Rue89» : «cette photo a été prise parce qu'elle était en première position dans la liste de la recherche que nous avons effectuée (dans le but d'illustrer l'article). Notre erreur a été de ne pas l'agrandir pour voir vraiment ce qu'elle représentait». En effet.

Dominique Perben, candidat UMP à Lyon, ne devait pas être inspiré sur son site Perben.com. Il a remplacé tout le contenu qui s'y trouvait pas un gigantesque compte à rebours.

Mercredi 16 janvier, J-53

Avis aux amateurs. Le candidat PS aux municipales à Lyon, le maire sortant Gérard Collomb, a indiqué mercredi qu'il y avait encore des places libres sur sa liste en vue d'accueillir des militants du Mouvement démocrate. «Il y a beaucoup de gens qui ont voté François Bayrou à la présidentielle et qui se reconnaissent dans notre liste. On les attend, ils ont toute leur place dans notre rassemblement», a déclaré Gérard Collomb. Il mise notamment sur les adhérents réfractaires à une alliance avec Dominique Perben (UMP), pronée par Michel Mercier, patron du Modem du Rhône, et Christophe Gourjon, tête de liste à Lyon. Le dernier sondage Ifop-Paris Match, publié mardi, indique par ailleurs que 53 % des personnes qui voté Bayrou en mai étaient prêts à voter Collomb.

Le projet est pour le moins original. Le président d'agglomération de Montpellier, Georges Frêche, qui sera candidat sur la liste PS de Hélène Mandroux, veut ériger une statue de Lénine dans la capitale septimanienne. De sept tonnes, elle devrait être importée de Seattle, aux Etats-Unis, où elle se trouve actuellement devant un restaurant de tacos. L'homme fort de Montpellier doit sans doute estimer que le guide de la révolution russe n'était pas un sous-homme...

Le ministre du Commerce et du Tourisme Luc Chatel s'attaque à la mairie PS de Chaumont (Haute-Marne). Mais ses supporteurs devraient prendre quelques cours de communication politique car ils manquent un peu de conviction :



Micro trottoir sur le marché de Chaumont
envoyé par Chatel-Luc

Encore une défection dans le camp Bayrou. Jacques Rocca-Serra (MoDem), adjoint au maire de Marseille, a annoncé mercredi qu'il rejoindrait la liste du maire sortant UMP, Jean-Claude Gaudin. «Aujourd'hui, François Bayrou a décidé de créer des listes MoDem partout en France, c'est son droit, en ce qui nous concerne, notre droit, c'est de dire que cette décision parisienne ne tient aucun compte de la réalité locale et que c'est une erreur stratégique», a-t-il expliqué.
La fuite s'effectue aussi vers la gauche puisque le candidat socialiste à Marseille, Jean-Noël Guérini, annonce sur son blog que le MoDem Miloud Boualem le rejoint.
Le MoDem aura quand même une tête de liste dans la cité phocéenne: l'ancien vert Jean-Luc Bennahmias. Les chaises musicales risquent de faire tourner la tête aux Marseillais.

Vous êtes candidat et comptier bloguer pendant la campagne? Toutes les réponses à vos questions juridiques se trouvent ici

On l'avait rapporté dans le «JDM» la semaine dernière. Nicolas Sarkozy avait lancé à Bertrand Delanoë : «monsieur le maire de Paris, rien ne se fera sans vous dans le chantier du Grand Paris». Selon le «Canard enchaîné», Françoise de Panafieu n'a pas du tout apprécié cette petite phrase de réconfort.

Christian Vanneste, candidat UMP à Tourcoing, condamné par le passé pour ses propos homophobes, persiste et signe sur son blog. Enervé par la polémique suscitée par sa candidature, il écrit : «dois-je rappeler à ces jocrisses la cinglante affirmation d’Oscar Wilde, ce génie: "si Adam avait été homosexuel, nul ne serait là pour le dire". C’est exactement ce que j’ai dit et la raison pour laquelle des magistrats si dignes de ce qu’est devenue (hélas) la justice de notre pays, ont cru devoir me condamner». Et poursuit : «Oscar Wilde aussi en son temps avait été condamné pour des raisons inverses. Dans les deux cas, c’est bétise et intolérance».

Le maire du 8ème arrondissement de Paris, François Lebel, avait dénoncé mardi la «magouille» qui se poursuivrait sous l'ère Delanoë autour de l'attribution de logements sociaux dans la capitale. Il réitère dans une interview au journal en ligne anti-Delanoë «Le Canard libéré» : «parmi les détenteurs de logements sociaux, il y a certainement une part importante de fonctionnaires ou de collaborateurs de la Ville. Pour une raison évidente : le système de désignation étant pervers à la base, les mieux placés sont ceux qui sont au plus près du pouvoir qui choisit les bénéficiaires. Qu'il s'agisse du maire de Paris, du maire d'arrondissement ou de la Commission prétendument transparente», pointe-t-il du doigt.

«Je fais de la politique, pas de la boxe». Gérard Rey, ex PS rallié à Cavanda sur la liste UMP, raconte à 20Minutes sa réaction alors que son local a été verrouillé mardi par des militants du PS pas contents...

Mardi 15 janvier, J-54

Perben à la peine. Le sénateur-maire (PS) de Lyon Gérard Collomb arrive très largement en tête face à l'ancien ministre des Transports, avec respectivement 17 et 16 points d'avance (49% et 58%) d'intentions de vote au 1er et deuxième tour de l'élection municipale de 2008, selon un sondage Ifop pour Paris Match. Un premier tour suffira-t-il dans la capitale des Gaules?

Daniel Cohn-Bendit, venu soutenir la candidature de Denis Baupin à Paris, a appelé mardi soir les Verts à se réclamer de l'héritage de 68. «Ces élections ont lieu dans un climat de débats sur l'héritage de mai 68. Les Verts doivent affirmer qu'ils sont aussi issus de ce mouvement extraordinaire», a-t-il lancé. «Nous avons un président de la République soixante-huitard qui a repris le slogan de 68 jouir sans entrave pour lui-même et le démontre tous les jours. Ce que je ne lui reproche pas d'ailleurs, il a le droit de vouloir jouir partout, quand il le veut. Mais qu'il arrête de nous casser les pieds avec ça !» a-t-il conclu.

L'ennemi juré de David Martinon, Jean-Christophe Fromentin, candidat de droite mais pas UMP à Neuilly, explique en quoi il est différent du porte-parole de l'Elysée. Il sera «un maire à plein temps», promet-il. Pas David Martinon?



Contre des municipales «monocolores». Le
Conseil représentatif des associations noires (Cran) lance une campagne en faveur de la diversité dans les listes ce mardi. Sur 36.000 communes de France métropolitaine, a fait valoir Patrick Lozès, son président, il n'y a pas un seul maire noir ou «issu de la diversité», de même qu'il n'y a pas non plus un seul conseiller municipal noir dans les principales villes de France et pas un seul président de conseil général noir ou issu de la diversité. Par «diversité», le Cran entend toutefois toutes les minorités, des gens de «couleurs» aux handicapés et aux homosexuels. Pour «rompre avec cette logique antirépublicaine», Patrick Lozès a ainsi lancé un appel à la mobilisation des citoyens français des minorités visibles afin qu'ils se présentent.

Le «président du pouvoir d'achat», c'est has been, c'est maintenant l'heure du «tour de France du pouvoir d'achat», avec deux députés UMP, Jérôme Chartier en Jacques Anquetil, et Frédéric Lefebvre en Poulidor. Explications en vidéos de Jérôme Chartier. 1ère étape, le 23 janvier à Nîmes.

Après avoir échoué à faire élire Ségolène Royal, Patrick Mennucci réussira-t-il à qualifier Jean-Noël Guérini à Marseille? Pas la peine de nationaliser le scrutin: «Marseille est une ville qui se suffit à elle-même». Comme ça, c'est clair.

A Paris, la question du logement se suffit à elle-même. Le site Bakchich.info a interviewé «l’un de ces maires UMP parisiens qui résistent à la transparence». Quand François Lebel, maire du 8e, explique la «magouille».

On était presque passé à côté de l'image du week-end. Une éventuelle bague au doigt de Carla? Tony Blair à l'UMP? Non, ce qu'il ne fallait pas manqué, c'est la photo de la liste de gauche à Lyon. Un cœur rose, comme c'est mignon. Un peu de finesse dans une campagne de brutes.

Lundi 14 janvier, J-55


Martial Bild, candidat FN à Paris, a mangé une galette des rois au champagne. Ce qui le fait délirer sur le fossé entre «quartiers aisés» et «quartiers extra-européens aidés» et «l'autophobie». Seul instant de lucidité : «nous partons de très bas».



La galette des rois de Le Pen
envoyé par France3Paris

Si vous aviez aimé «La face karchée de Sarkozy», vous devriez aimer «Monsieur Bertrand ou la vraie vie du maire de Paris», une bande dessinée consacrée à Bertrand Delanoë. Qui a dit qu'on ne pouvait enfermer les politiques dans des cases?

Les municipales, c'est à suivre sur la blogosphère. La France d'en haut, c'est par ici, la France normale par là. Et la France du sud à cet endroit.

L'ouverture, c'est aussi à l'échelle locale. Le conseiller municipal socialiste de Paris, Gérard Rey, rejoint la candidature UMP de Jean-Marie Cavada, dans le stratégique XIIème arrondissement.

«Le démocrate, c'est moi» a dit d'ailleurs le candidat UMP. Provoquant la colère de la candidate Modem Corinne Lepage.

Laurent Prunier
, candidat UMP à Brest, était à Paris ce week-end, et il est tombé complètement raide de Tony Blair. «Ah, si tous les socialistes étaient comme lui…» s'exclame le candidat UMP, qui réussit le tour de force de citer Tony Blair et Renaud dans le même post. Si tous les socialistes étaient comme Tony Blair, il n'y aurait plus grand monde rue de Solferino, et les élections seraient beaucoup moins intéressantes.

Dominique Perben aussi a apprécié le Blair Show. Compte-rendu dithyrambique sur son blog. «"Vous avez de la chance d'avoir Nicolas Sarkozy comme président. Il est très énergétique… dans tous les domaines!" Autant vous dire que la salle se tordait de rire! Et Nicolas aussi!». Plutôt que d'aller s'ennuyer dans une banque, Tony Blair devrait considérer une reconversion dans le one-man-show.

Le site Bakchich.info se paie David Martinon. Cette fois, pas de révélations fracassantes, ni d'infos croustillantes, juste une bonne vieille vidéo du porte-parole de l'Elysée devant ses supporters, et un montage qui fait mal.

C'est toujours aussi chaud à Tourcoing, la ville que convoite le fameux Christian Vanneste. Premier débat samedi dernier. Ambiance.

Débat Christian Vanneste / M-F Delannoy (1ere partie)
envoyé par Christian_Vanneste

«Vanneste homophobe». Trois militants d'Act Up ont été arrêtés, samedi, au conseil national de l'UMP après avoir brandi cette pancarte. Rejoints hier
par François Hollande, ils dénonçaient son investiture à Tourcoing. A la tribune, le chef de l'Etat n'a pas hésité à ironiser sur la situation d'Act Up. Durant la campagne de 2007, il avait pourtant indiqué «qu'il ne saurait être question pour l'UMP d'accorder une investiture à Christian Vanneste». La promesse n'avait déjà pas été respectée lors des législatives.

Scoop, la liste RPV, (rassemblement pour Le Vesinet, majorité présidentielle) est constituée. Une équipe «exceptionnelle par sa qualité, sa détermination et son enthousiasme». Vu la mise en scène, on ne sait pas trop si Robert Varese parle de ses colistiers ou de ses preneurs d'otages.

Equipe_RPV
envoyé par e-chambo
Le mari d'Ingrid Betancourt soutient Denis Baupin... Delanoë écoute Carla Bruni quand il n'a pas le moral... C'était la semaine dernière, dans le journal des municipales