Villeneuve-d'Ascq ouvre sur sa gauche

MUNICIPALES Les trois conseillers Lutte ouvrière sur la liste présentée par le maire PS...

Renaud Bouchez

— 

Ce sont les premiers en France à franchir le Rubicon. Les trois conseillers Lutte ouvrière sortants (12,24 % des voix en 2001) de Villeneuve-d'Ascq ont fait leur apparition, vendredi, sur la liste présentée par le maire (PS), Jean-Michel Stiévenard. Après avoir rallié à sa cause le PC, le PRG, le MRC et même trois dissidents des Verts (Avenir écolo), l'édile se félicite: «Aujourd'hui, la mode est plutôt au débauchage au centre. De notre côté, nous avons souhaité réaffirmer la couleur de notre liste.» Si Villeneuve-d'Ascq est la première ville où les trotskistes d'Arlette Laguiller rejoignent le PS, Liévin devrait suivre l'exemple d'ici à la fin du mois.

En attendant, la nouvelle a surpris l'opposition menée par Didier Plancke (UMP) à Villeneuve-d'Ascq  «Les élus de Lutte Ouvrière se sont toujours opposés au maire et ont même eu des propos virulents», se rappelle-t-il. «C'est le mariage de la carpe et du lapin», renchérit Gérard Caudron, ancien maire (PS) de la ville et candidat dissident à Jean-Michel Stiévenard.

Ce dernier balaie les critiques: «On a déjà su travailler ensemble sur certains sujets.» Pour l'extrême gauche, l'équation semble encore plus simple: «Nos électeurs ne veulent pas que la droite profite des divisions de la gauche», explique Régis Debliqui, chef des trotskistes villeneuvois. Qui se garde bien de préciser qu'il a aussi gagné, avec cet accord, la certitude de devenir adjoint en mars prochain.