Montpellier: L'avant-place royale du Peyrou est une patinoire, la ville porte plainte

JUSTICE Le revêtement inadapté rend la circulation dangereuse sur l’avant-place royale du Peyrou. La ville, s’estimant trompée sur la marchandise, porte l’affaire devant les tribunaux…

Jérôme Diesnis

— 

L'avant-place royale du Peyrou vue du sommet de l'Arc de Triomphe.
L'avant-place royale du Peyrou vue du sommet de l'Arc de Triomphe. — N. Bonzom / Maxele Presse

Les sols à Montpellier sont au cœur de toutes les attentions. Après la place de la Comédie, c’est l’avant-place royale du Peyrou, un site historique pourtant restauré en 2016, qui va faire l’objet de nouveaux travaux. En cause, les pierres posées lors de la réhabilitation du site. Les jours de pluie, la route se transforme en une véritable patinoire.

>> A lire aussi : Montpellier : Refaire la très glissante place de la Comédie, pour ou contre?

Plusieurs chauffeurs de la TaM ont déjà fait valoir leur droit de retrait dans la dangerosité du site. « Les chauffeurs ont peur. À un moment donné, il y aura une catastrophe », évoque Laurent Murcia, délégué de Force ouvrière à la Tam. Philippe Saurel, maire (DVG) de Montpellier, explique avoir mis en garde les sociétés concernées lors des travaux de rénovation. « J’ai fait plusieurs visites de chantier lors de la création de la ligne 4. J’ai insisté sur l’aspect glissant de certains dallages. Malheureusement, les décisions prises et la fabrication des sols n’ont pas été à la hauteur. »

«Les fiches que l’on nous a fournies n’étaient pas réelles»

Il estime que la ville de Montpellier a été trompée sur la marchandise et annonce qu’une plainte va être déposée… mais aussi la perspective de nouveaux travaux.

« Les vendeurs de pierre sur le calcaire ont fourni sur le Peyrou des fiches sur la glissance des pierres qui n’étaient pas réelles. On nous a annoncé 90% d’anti-dérapant et nous nous sommes retrouvés avec 30% seulement. Il y aura à la fois une action juridique et une action sur le terrain », prévient le maire.