Nîmes: Après l’intervention du Raid, un septième suspect arrêté

FAITS DIVERS Recherché après l’intervention des policiers d’élite qui avaient bouclé le centre-ville de la préfecture du Gard le 27 avril, un homme s’est rendu à la justice en début de semaine...

Jerome Diesnis

— 

Des membres de la police du RAID.
Des membres de la police du RAID. — BORIS HORVAT / AFP

Une partie du centre-ville de Nîmes avait été paralysée le 27 avril. Et dans le contexte de menace terroriste pesant sur la France, la présence d’hommes armés et les coups de feu entendus ce jour-là avaient plongé la préfecture du Gard en état d’alerte. Après des échanges de tirs, d’abord dans le quartier populaire de Pissevin, puis une course poursuite achevée en centre-ville à proximité des arènes, le Raid était intervenu.

Interpellations sur fond de trafic de stupéfiants

Plusieurs individus s’étaient retranchés dans un appartement du centre, à l'angle de la rue de la République et de la rue Henri IV, ils en avaient été délogés par les superflics de l’unité d’élite de la police, dont une antenne est basée à Montpellier.

>> A lire aussi : Sept personnes arrêtées en centre-ville de Nîmes après l'intervention du Raid

Six d’entre eux, dont certains originaires du nord de la France connus pour des affaires liées au trafic de stupéfiants, avaient été interpellés sur place et placés en garde à vue. Une septième personne, se sachant recherchée, s’est rendue à la police au commissariat de Nîmes mardi matin, où il a été immédiatement placé à son tour en garde à vue.