Béziers: La campagne d’affichage pro-migrants ne verra pas le jour

PUB En réponse au maire de Béziers, un Cognaçais s’était lancé dans une campagne d’affichage pro-migrants. Jugée trop politique, l’affiche a été refusée par les afficheurs…

Jerome Diesnis

— 

L'affiche pro-migrants a été refusée par tous les annonceurs
L'affiche pro-migrants a été refusée par tous les annonceurs — Julien Chollet
  • Sous la pression de deux associations, Robert Ménard avait retiré sa campagne d’affichage anti-migrants
  • Un habitant de la Charente s’était ému de ces affiches et lancé une campagne de financement participatif pour créer une contre-campagne, pro-migrants celle-ci
  • Tous les afficheurs ont refusé son affiche, jugée trop politique dans le contexte actuel

Le projet de campagne d’affichage de visuels pro-migrants à Béziers ne verra finalement pas le jour. Julien Chollet, un habitant de Cognac qui travaille dans l’événementiel, avait lancé une collecte de fonds sur le site de financement participatif kisskissbankbank.

Son but, contrer les affiches anti-migrants de la municipalité de Béziers (« ça y est, ils arrivent ») avec un message humaniste, censé présenter les migrants sous un visage favorable.

L’affiche jugée trop politique

Après avoir rapidement récolté les 5.800 euros de dons, il avait proposé dès la fin octobre un visuel barré du slogan « Not afraid » (« ne pas avoir peur »), représentant « des citoyens du monde » au regard triste devant un paysage urbain de désolation. Le tout accompagné des initiales de chaque donateur. L’affiche s’est finalement heurtée à un double écueil.

Les sociétés d’affichage ont refusé de la diffuser, jugeant son message trop politique en cette année électorale. Et une partie des contributeurs la trouvaient de leur côté trop anxiogène. « Après de nombreuses démarches pour notre affichage, je suis au regret de vous annoncer qu’il n’aura pas lieu », explique Julien Chollet sur Facebook.

>> A lire aussi : Béziers: La contre campagne d'affichage des pro-migrants

« Tous les afficheurs (Giraudy – Exterion Media/JC Decaux/Media Gare…) ont refusé. Leurs motifs : compte tenu du contexte dans lequel s’inscrit cette campagne, celle-ci nous paraît revêtir un caractère politique et ne peut donc pas être acceptée, reprend-il. Sauf Clear Channel qui pouvait éventuellement le faire au 4ème trimestre 2017 mais sans aucune assurance sur la validation du visuel. Je suis forcément très déçu. »

Julien Chollet a donc finalement choisi de jeter l’éponge. Plutôt que de verser cet argent à la Cimade, il a décidé de rembourser les contributeurs. « Libre à eux de choisir ce qu’ils voudront en faire », précise-t-il. De leur côté, deux associations ont saisi le Conseil d’Etat.