MONTPELLIER - Un marché lucratif pour des biens uniques

J. D.

— 

La location d'un bien immobilier pour le tournage est un marché lucratif. Des agences se sont spécialisées pour répondre aux desiderata des productions. « Nous disposons d'un catalogue de 2 500 sites », explique Arthur Gambier, de la société 20 000 lieux. Pour les propriétaires, l'intérêt est sonnant et trébuchant. « Seule une dizaine peut en vivre », prévient cependant Arthur Gambier. Tout le monde n'a pas le privilège de disposer par exemple d'une maison typique des années 1970 en région parisienne, régulièrement utilisée pour les films comme Podium de Yann Moix. La fourchette de prix à la location varie entre 1 500 € à la journée pour un grand loft, à 10 000 € pour un château. Attention aux dégâts potentiels. Les contrats stipulent toujours qu'une maison doit être récupérée dans l'état où elle a été livrée.