L'Esma en pleine zone de turbulences

maxime wazem

— 

De gros nuages semblent à nouveau menacer l'école fondée sous feu Air Littoral.
De gros nuages semblent à nouveau menacer l'école fondée sous feu Air Littoral. — maxime wazem / 20MINUTES

La belle époque de l'Ecole supérieure des métiers de l'aéronautique (Esma) est décidément révolue. De Heerd Investment Ltd, actionnaire chinois depuis 2006, a limogé vendredi le directeur général, Jean-Philippe Renaud. L'Esma, qui forme 2 000 élèves par an dont 300 pilotes, venait d'être placée en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Montpellier.

« J'ai préféré partir »
Depuis 2006, le fonds d'investissement basé à Hong Kong avait permis à l'école de se lancer dans la formation de personnels navigants en Chine et au Vietnam. Contrairement aux prévisions, le marché asiatique ne s'est pas avéré rentable. Seul centre d'examen pratique pour le certificat de formation à la sécurité (CFS) en France jusqu'en 2010, l'Esma a dû, de surcroît, faire face à une nouvelle concurrence. Des difficultés qui se sont peu à peu répercutées sur le fonctionnement. « La situation a commencé à se dégrader à l'été 2009, se souvient une formatrice. Pour faire des économies, ils nous ont contraints à changer de statut : d'intérimaires à auto-entrepreneurs. On nous demandait de faire des tâches bénévoles, j'ai préféré partir. » Le redressement judiciaire est assorti d'une période d'observation de six mois au cours de laquelle l'Esma devrait, selon la communication, renégocier ses contrats avec l'Asie pour tenter de trouver un équilibre financier. D'ici là, l'avenir de l‘Esma et de ses 135 salariés s'annonce compliqué.

Dégringolade depuis 2008

Esma Groupe Aeroconseil affichait en 2008 un chiffre d'affaires de 11,2 millions d'euros (M€), mais un résultat brut d'exploitation négatif de 287 000 €. L'année suivante, ce même résultat brut d'exploitation négatif était de 2,5 M€. Si la direction annonce un chiffre d'affaires 2011 en hausse (12,5 M€), aucun résultat n'est pour l'instant déclaré.