hILTON pour le casse du siècle

CHRISTOPHE CASTIEAU

— 

Vitorino Hilton, un profil plus technique que physique...
Vitorino Hilton, un profil plus technique que physique... — archives n. guyonnet/mds/20minutes

Le calvaire marseillais de Vitorino Hilton, victime avec sa famille d'un home-jacking, a pris fin l'été dernier. Très peu utilisé par Didier Deschamps , beaucoup blessé aussi depuis son arrivée en 2008, le défenseur central n'a pas hésité alors à filer vers Montpellier. Très apprécié par le vestiaire et par Louis Nicollin qui le voit comme un « Monsieur », le Brésilien revient tout à l'heure au Vélodrome (18 h) dans la peau d'un leader, sans fanfaronner mais avec la jubilation d'un vrai « silencieux ».

« J'ai tourné la page »
« Je reviens avec plaisir, car j'ai beaucoup d'amis là-bas », explique l'ancien Lensois, qui veut montrer « pourquoi on en est là ». Pourquoi Montpellier est si proche d'un titre historique et pourquoi Vitorino Hilton n'est pas étranger à l'affaire. « J'ai retrouvé pas mal de choses que j'avais perdues à Marseille. J'ai retrouvé le plaisir et prouvé que je n'étais pas fini », assure-t-il aussi tranquillement qu'il semble conduire une des défenses les moins perméables de Ligue 1. Avec classe et justesse, à la vie comme sur le terrain. « J'ai tourné la page », assure-t-il aujourd'hui, ne souhaitant certainement pas faire de vagues avant de recroiser Didier Deschamps, rajouter de la tension à un match qui n'en manque pas (voir par ailleurs). « Il ne m'aimait pas comme joueur, rappelle-t-il simplement. C'est un choix d'entraîneur, mais je ne pouvais pas accepter les choses que je voyais à l'entraînement. » Pourtant, Vitorino ne disait rien, s'accrochait « même si cela ne servait à rien ».
A 34 ans, le Brésilen devrait rempiler pour une saison de plus, jouer probablement la Ligue des champions puis rentrer au Brésil pour retrouver la famille. Avant, il a le casse du siècle à réaliser avec Montpellier.