Vitesse limitée à 90 km/h selon l'heure

Nicolas Guyonnet

— 

La limitation de vitesse s'adapte à la fréquentation des voies de circulation.
La limitation de vitesse s'adapte à la fréquentation des voies de circulation. — N.GUYONNET / MDS / 20MINUTES

Le tronçon d'autoroute A9 entre Montpellier Est et la barrière de péage de Saint-Jean-de-Védas va être limité à 90 km/h. Après l'avoir proposé au ministre des Transports en septembre dernier, le préfet de l'Hérault, Claude Baland, vient d'annoncer les modalités et le calendrier de cette limitation de vitesse en attendant le doublement de l'infrastructure en périphérie de Montpellier.
C'est le premier juillet prochain que le nouveau dispositif entrera en fonction. La vitesse sera limitée à 90 km/h aux heures de pointe, le matin de 7 h à 9 h et le soir de 17 h à 19 h, les jours travaillés. Durant la journée, la nuit, les week-ends et les jours fériés, la vitesse restera limitée à 110 km/h.

Radars fixes et mobiles
Ce sont des panneaux lumineux variables, placés à chaque bretelle d'accès à l'autoroute, qui informeront les automobilistes sur la vitesse à respecter. Elle sera rappelée sur des portiques au dessus des voies de circulation.
« La vitesse sera contrôlée sur cette portion la plus urbaine de l'autoroute par des radars fixes installés de chaque côté des voies, dans la section considérée.  Ils pourront être complétés par des radars mobiles », avertit le préfet. Des panneaux d'avertissement des radars puis des radars pédagogiques seront aussi implantés sur le secteur. « Cette limitation en fonction des horaires a été difficile à mettre en place. Il fallait trouver un procédé pour que les radars puissent s'adapter. Nous avons également dû attendre le 22 décembre que l'utilisation des panneaux lumineux pour réguler la vitesse devienne réglementaire », explique Claude Baland.
La limitation de vitesse sera identique pour les voitures et pour les poids lourds. « Mais si on constate que ce n'est pas suffisant pour les camions, on diminuera la limite pour eux », rassure le préfet.
Cette nouvelle réglementation sera expérimentale. « Si au bout d'un an on s'aperçoit qu'elle n'est pas efficace, on l'adaptera », insistent les services de la préfecture.