L'homme pense à un geste,le robot le reproduit

Gwenaël CADORET

— 

Le robot du LIRMM de l'UM2
Le robot du LIRMM de l'UM2 — D.R.

La science-fiction rattrape le réel. C'est une petite révolution que vit le laboratoire de robotique et informatique LIRMM, de l'Université Montpellier II. Engagée dans un projet financé par l'Union européenne, l'équipe de robotique a réussi à connecter un cerveau humain à une machine électronique. Comme dans les films les plus irréels.

Une première mondiale
« Ce projet, c'est exactement ce qui se passe dans les films Clone, ou Avatar », raconte Sébastien Druon, enseignant-chercheur en robotique au LIRMM, dépendant de l'UM2.
En lien avec des neurologues de Rehovot en Israël, l'équipe a réussi à faire piloter un robot par la pensée humaine. « Jusque-là, il avait déjà été possible de diriger des robots via l'électro-encéphalogramme. Mais pour la première fois au monde, on a réussi avec un caisson IRM. » Pour cela, les scientifiques ont dû se focaliser sur les zones du cerveau activées lorsque l'humain fait une action, ou prévoit un mouvement. Pour cette expérience surprenante, lorsque chaque sujet, en Israël, songeait à bouger un bras, ou ses jambes, le robot a réagi, à l'IUT de Béziers où le test était effectué.
« Il suffit d'avoir la volonté du mouvement pour que l'ordre soit transmis. Il y a eu très peu d'erreurs », rapporte l'enseignant-chercheur en robotique montpelliérain.
Résultat : un effet d'immersion et de contrôle de la machine pour les volontaires, qui avaient un retour vidéo de ce que voyait le robot.

ET APRès?

L'expérience va faire l'objet d'une publication scientifique. « Elle ouvre de nouvelles perspectives de recherche. Avec un robot à taille humaine et une analyse plus fine du cerveau, on va pouvoir aller beaucoup plus loin », lance Sébastien Druon.