Montpellier, LA ville jeune qui attire

GWENAËL CADORET

— 

A l'Insee, on est déjà prêt à recenser.
A l'Insee, on est déjà prêt à recenser. — G.CADROET / MDS / 20MINUTES

Montpellier est toujours une ville où le brassage de population est important. C'est ce que confirment les chiffres du recensement, dévoilés hier par l'Insee. Ainsi, selon les résultats qui viennent d'être publiés (population de 2009), sur les 253 300 habitants de la commune, 150 000 (près de 60 %) ne sont pas nés dans la région.
Selon Pierre Girard, responsable des études à l'antenne régionale de l'Insee, cette ville est à part, au sein du Languedoc-Roussillon. « Si l'on regarde les chiffres de la région, cela n'a rien à voir. Montpellier est une ville spécifique, avec une population plus jeune et plus mixte. »

Un habitant sur cinq est né à l'étranger
Terre d'échanges, la commune attire notamment les personnes nées dans d'autres régions (38 %). Avec une prédominance de natifs de la région parisienne (8,9 %), mais aussi de Paca (5 %), de Rhône-Alpes (4,6 %), de Midi-Pyrénées (3,7 %) et du Nord-Pas-de-Calais (1,8 %).
Réputée pour être une zone d'immigration, la capitale languedocienne compte 53 800 habitants (22,6 %) qui sont nés à l'étranger. Ils viennent principalement du Maghreb (7,5 % du Maroc et 5,7 % d'Algérie) et d'Espagne (1,1 %).
Enfin, les chiffres de l'Insee confirment le statut de ville jeune de Montpellier. Le responsable statisticien l'explique notamment par « la présence de nombreuses universités et écoles supérieures ».
Près de 115 000 montpelliérains (42,3 %) ont ainsi moins de 30 ans, avec un pic très fort au niveau des 15-30 ans, qui sont 75 420, soit près de 30 % de la population.

Répondre, c'est obligatoirE

Si l'Insee parle d'un acte citoyen, répondre au recensement est avant tout obligatoire. La loi 51-711 du 7 juin 1951 précise que l'absence de réponse est passible d'une amende allant jusqu'à 38 €. Une sanction extrêmement rare, cela dit.