Un accusé timide et qui peine à s'exprimer

— 

Hier après-midi a débuté le procès du meurtrier présumé de Fabien Vigne, 19 ans, tué d'un coup de couteau en 2009 lors d'une fête votive à Montarnaud. Ce premier jour d'audience a permis d'analyser la personnalité de l'accusé qui apparaît timide et qui n'arrive pas à s'exprimer clairement quand il raconte son enfance, son adolescence et ses premières « bêtises ». Des dégradations de véhicules, le vol de 33 voitures, des infractions, et ses procédures disciplinaires durant sa détention. Il « regrette » son geste. Dans une ambiance pesante, le psychiatre qui l'a suivi n'a pas relevé de signe de « fracture psychiatrique », ni de « dangerosité psychiatrique ». « Il n‘a pas vraiment analysé la dangerosité d'avoir un couteau » indique le spécialiste. Il a relevé une « timidité », comme la psychologue. Les parents de l'accusé se sont aussi exprimés, en pleurs. Le verdict devrait être rendu demain. N. G.