les collectivités veulent débarquer l'état

Nicolas Guyonnet

— 

Un aéroport de collectivités locales ?
Un aéroport de collectivités locales ? — c.rossignol / mds / 20 minutes

Les présidents de l'agglomération, de la région et du conseil général attaquent Nicolas Sarkozy. Ils dénoncent la lenteur de l'Etat sur la vente de ses parts de l'aéroport de Montpellier Méditerranée, dont il détient 60 %. « Nous voulons prendre tous les trois la main sur l'aéroport. ça presse. Des compagnies font des propositions pour installer des avions, mais il faut une gouvernance définitive », ont annoncé Jean-Pierre Moure, Christian Bourquin et André Vézinhet, vendredi.

« Un coup politique »
Le gouvernement avait annoncé la vente de son capital pour le 15 septembre, avant de reporter le projet. Mi-novembre, une lettre de l'Etat annonçait « des discussions avec les collectivités ces prochains jours. ». Depuis, plus rien. Les trois élus locaux pensent que le projet est en attente jusqu'à l'élection présidentielle, au printemps prochain.
« On veut nous faire patienter et nous endormir », lâche Jean-Pierre Moure. Cette volonté des trois collectivités de prendre la main sur l'aéroport est justifiée par leur « capacité » à répondre à l'Etat financièrement. « On ne peut pas attendre, il y a de vrais enjeux pour le territoire. » Seulement voilà, Yvon Bourrel, président (divers gauche) de la communauté de communes de Pays de l'Or, où est implanté l'aéroport, n'a pas été informé de l'initiative. « Je le déplore. Je prône aussi le leadership des collectivités. La nôtre ne peut pas assurer financièrement la majorité des parts, mais on ne peut pas nous négliger. Il faut discuter avec nous. Ces trois présidents veulent montrer qu'ils sont incontournables. C'est un coup politique. »

parts de l'aéroport

Le capital est ainsi réparti : 60 % à l'Etat, 25 % à la CCI de Montpellier, 7 % au département, 6,5 % à la région, 1 % à la communauté de commune du Pays de l'Or et 0,5 % à l'agglo de Montpellier.