des bâtons dans les roues des handicapés moteurs

caroline rossignol

— 

En 2015, tous les bâtiments, publics et privés, devront être accessibles. Quelle est la situation à Montpellier, à quatre ans de l'échéance? 20 Minutes a tenté de répondre à cette question en circulant en fauteuil roulant dans le centre-ville. Récit.

11 h 36 Tout roule, sur la rampe d'accès à la ligne 1 du tram, station Comédie. La rame est spacieuse. Destination Antigone pour un rendez-vous à la Direccte (direction régionale du travail). Une lourde porte à tirer, et pas de sonnette. Impossible d'entrer. Cap sur la médiathèque, place Paul Bec. Cette fois, la porte est trop étroite, une salariée indique qu'il faut entrer par un ascenseur avec code d'accès. Introuvable.
11 h 56 Au rez-de-chaussée du Polygone, direction le 4e étage. Sur les quatre ascenseurs, les deux destinés aux personnes handicapées sont en panne. L'ascenseur qui vient est exigu, il faut en sortir en marche arrière.
12 h 09 Je reste à la porte (non-automatisée) de la Poste de la Comédie. Un agent arrive pour ouvrir : il faut opérer un virage à 90°, se coincer deux doigts contre les murs puis, pour bénéficier du service, remplir, les bras en l'air, un recommandé sur des tablettes trop hautes.
12 h 19 Je renonce à demander un dossier de création d'entreprise à la CCI après deux tentatives pour grimper la rampe handicapés. Trop raide. Je pars en arrière, des passants sont bousculés.
12 h 23 Dans la Grand-rue Jean-Moulin, 11 boutiques sur 15 sont inaccessibles. « Vous voulez entrer? On va vous porter, suggère une patronne. Tournez-vous. » Je ne comprend pas le système et poursuit ma route. On me propose alors « un catalogue pour commander par téléphone ».
12 h 42 Je pars en direction des banques du haut du boulevard Victor-Hugo. Il faut affronter les travaux sur le trottoir et rouler penchée à gauche sur la chaussée déformée : le fauteuil dérape sur une bouche d'égout, une roue se coince dans un nid de poule. Devant un amas de béton haut de 30 cm, je fais demi-tour. Mais le passage est trop étroit. Deux passants saisissent le fauteuil et le déposent quelques mètres plus loin. En zone accessible.

manifestation des handicapés moteur

« D'après la loi, un bâtiment doit être obligatoirement accessible à tous. Mais c'est pas obligé! » Voilà le slogan paradoxal scandé hier à Montpellier, lors d'une manif de l'association régionale des Paralysés de France pour défendre la loi de 2005 demandant la mise en conformité totale pour 2015.