Ils vont aider les forces de l'ordre

Nicolas GuyonnET

— 

Redouane (ci-dessus à gauche) et Nicole ne porteront pas la tenue de policier mais un badge.
Redouane (ci-dessus à gauche) et Nicole ne porteront pas la tenue de policier mais un badge. — N. GUYONNET / MDS / 20MINUTES

La police nationale montpelliéraine veut renforcer son lien avec la population. « Cela manque et nos fonctionnaires, dont l'action doit aussi avoir un aspect répressif, ont du mal à l'établir », reconnaît Marcel Authier, directeur départemental de la sécurité publique. Le patron de la police montpelliéraine a donc décidé de recourir au service citoyen volontaire, créé par la loi en 2007.

A disposition de la police
un jour par semaine

A partir d'aujourd'hui, deux montpelliérains bénévoles assisteront des policiers montpelliérains et lattois dans des missions de prévention et de sensibilisation des seniors. Ces derniers sont en effet fortement touchés depuis plusieurs mois à Montpellier par les vols de bijoux à l'arraché.
Redouane Addeche, qui travaille dans les pompes funèbres, et Nicole Portal, employée dans les écoles, ne porteront pas de tenue de policier et seront toujours accompagnés par un fonctionnaire de police. Ils seront chacun à disposition du commissariat central une journée par semaine.
« Les policiers ne sont pas assez soutenus. J'ai donc souhaité les aider », explique Nicole Portal, quinquagénaire. Une envie partagée par Redouane, âgé d'une trentaine d'années, qui a « toujours voulu aider les citoyens. C'est une chance que la police nous offre ».

Formés au fonctionnement du commissariat
Ces deux Montpelliérains ont été recrutés parmi une dizaine de candidats après une enquête administrative et un passage devant une commission. Ils ont ensuite été formés durant deux jours au fonctionnement d'un commissariat et aux règles de déontologie du policier. Marcel Authier précise qu'« ils n'ont pas pu tout apprendre de notre fonctionnement en seulement deux jours, mais ils seront continuellement en formation ».
Ces deux premiers volontaires du service citoyen agiront dans le cadre d'un test. « Dans les prochaines semaines, si cela fonctionne, nous élargiront le dispositif avec d'autres personnes », prévient le directeur de la sécurité publique.