Les femmes élues lèvent le poing

— 

Les femmes politiques progressistes
Les femmes politiques progressistes — c.rossignol / mds / 20 minutes

Devenir un lobby politique dans les mois qui viennent : telle est la motivation d'une dizaine d'élues de la région qui viennent de lancer l'association des Femmes politiques progressistes. Dans les rangs, on retrouve les « poids lourds » des élues : les conseillères régionales Anne-Yvonne Le Dain et Béatrice Négrier, la vice-présidente de l'agglo Nicole Bigas, mais aussi la conseillère municipale de Montpellier Annie Bénézech, la présidente du conseil général de l'Aude Hermeline Malherbe, ou encore l'une des deux conseillères générales de l'Hérault, Marie-Christine Bousquet. Si l'asso regroupe pour l'heure essentiellement des élues socialistes, elle se veut « ouverte à toutes, sans idéologie ».

Vendicatrice mais pas féministe
Objectif : convaincre les citoyennes qu'un engagement massif en politique permettrait aux femmes de peser davantage sur les décisions. « Le parcours est trop difficile pour nous. On nous donne les petites délégations quand les hommes sont sur le devant de la scène, on nous laisse les cantons ou les circonscriptions imprenables, ça suffit ! », proclame Anne-Yvonne Le Dain. Pas question pour autant de tancer leurs homologues masculins : « Ce n'est pas une association féministe. Le sujet est : quelle place auront-nous lorsque le conseil territorial remplacera le conseil général et le conseil régional ? interroge Nicole Bigas. En élevant le scrutin de liste pour un scrutin uninominal, on enlève la parité. Les homme trouvent une parade en disant qu'on sera leurs suppléantes, mais ça ne nous suffit pas! » L'association des femmes progressiste est une première en France. Elle parcourra la région pour animer des débats ouverts à tous.C. R.