Bastien Cazals ne se laisse pas faire

— 

Le « désobéissant » Bastien Cazals est au tribunal administratif ce matin. Cet ex- directeur de l'école Louise-Michel à Saint-Jean-de-Védas a décidé de poser six recours contre l'Etat concernant les 12 jours de retrait de salaire en décembre 2008, puis les 24 jours de retrait de salaire en mai 2009, le blâme reçu en juillet 2009, le retrait de sa fonction de directeur en août 2009, le refus de promotion en décembre 2009 et pour une demande d'indemnités suite à ce refus de promotion. Bastien Cazals s'était fait connaître en 2008 par un courrier adressé à Nicolas Sarkozy, lui disant son intention de désobéir en ne participant pas à l'aide personnalisée ou au fichage centralisé des écoliers via Base Elèves. Il avertissait également le président de la République sur son désir « de participer à l'émergence d'une résistance citoyenne ». Les sanctions ne s'étaient pas fait attendre à l'inspection académique, tandis qu'un mouvement d'instits désobéisseurs s'organisait. Bastien Cazals a subi environ 3 000 € de perte de salaire et a payé près de 4 000 € de frais de justice.C. R.