Clap de fin de la 31e édition

— 

Bartabas a fait carton plein.
Bartabas a fait carton plein. — dr

Le 31e festival international Montpellier danse s'achève aujourd'hui sous les applaudissements de ses organisateurs. Avec 97 % de taux de remplissage, le festival « a tenu ses promesses», selon Michel Miaille, son président. 38 000 spectateurs ont assisté aux spectacles, gratuits pour moitié. Total : 400 000€ de recettes de billetterie et 150 000€ d'impact sur l'économie locale via l'hébergement. La maîtrise du budget a été détaillée hier : « On a quelques angoisses lorsque l'on manie les deniers publics », insiste Michel Miaille. Il faut dire que le fantôme de René Koering n'est pas loin : le directeur artistique de l'autre rendez-vous international de Montpellier, le festival Radio France, avait été évincé après s'être fait épingler sur ses revenus par la chambre régionale des comptes.
Mickaël Delafosse, l'élu en charge de la culture à la ville, est également revenu sur la polémique qui a embrasé le festival de danse qui mettait cette année Israël à l'honneur : « A ceux qui disent qu'il faut boycotter des artistes de part la politique de leur pays, je dis que Montpellier est une ville de liberté et que la liberté de programmation est totale ». La semaine dernière, l'association France-Palestine Solidarité 34 soutenait en effet dans un communiqué que le festival « est organisé avec le Ministère des Affaires étrangères israélien ». L'association allait plus loin, rappelant que nos collectivités locales « apportent leur soutien à la Journée de Jérusalem (...), qui est la célébration de l'annexion de Jérusalem-Est et condamnée par l'ONU ». Ce à quoi l'élu à la culture a répondu : « Si nous voulons que les choses changent en Israël, commençons par laisser l'art circuler. »C.R.